Impôts, attentats, régionales..., ce qu'a dit Sarkozy sur Europe 1

le , mis à jour le
0
Lorsqu'on a pris la décision d'aller en Syrie, on n'a pas mesuré les conséquences sur la sécurité intérieure, estime Nicolas Sarkozy.
Lorsqu'on a pris la décision d'aller en Syrie, on n'a pas mesuré les conséquences sur la sécurité intérieure, estime Nicolas Sarkozy.

Au lendemain de l'interview du Premier ministre Manuel Valls, la station de la rue François-Ier accueillait le président des Républicains et ex-président de la République. À cinq jours des régionales, Nicolas Sarkozy a évoqué les sujets qui font l'actualité de ces derniers jours.

La menace terroriste « sous-estimée »

Nicolas Sarkozy a estimé que François Hollande et son gouvernement n'avaient « pas mesuré » et avaient même « sous-estimé » les « conséquences » de l'intervention en Syrie « sur la sécurité intérieure ». « Lorsqu'on a pris la décision d'aller en Syrie, on n'a pas mesuré les conséquences sur la sécurité intérieure. On a sous-estimé la menace qui suivait notre intervention » qui était « mal calibrée », a déclaré l'ancien chef de l'État.

Régionales : « Nous maintiendrons nos listes partout »

« Nous maintiendrons nos listes partout où nous sommes en position de nous maintenir. » Le chômage explose, l'insécurité n'a jamais été à un tel niveau? Les Français ont envie de tout faire balader, on peut les comprendre ! Ils préfèrent la politique du pire à une politique économique d'extrême gauche. » Quid d'une alliance avec le PS pour lutter contre le parti d'extrême droite ? « Nous ne ferons pas d'alliance, je ne rendrai pas au FN ce service. Je n'ai rien à voir avec le FN, mais je combats la politique du PS. »

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant