Immobilier parisien : les notaires n'envisagent pas de hausse des prix dans les prochains mois

le , mis à jour à 11:42
6

Les notaires de Paris-Ile-de-France affichent des anticipations prudentes sur l'évolution à venir des prix de l'immobilier paridien.
Les notaires de Paris-Ile-de-France affichent des anticipations prudentes sur l'évolution à venir des prix de l'immobilier paridien.

Les prix de l’immobilier ont légèrement augmenté à Paris au cours de l’été, repassant au-dessus des 8.000 euros le mètre carré d’après les notaires de Paris-Ile-de-France. Néanmoins, ces derniers parlent de hausse « saisonnière » et s’attendent à une poursuite de la tendance baissière.

À Paris comme en Province, le marché de l’immobilier envoie des signaux toujours aussi divergents. Confirmant l’analyse du Crédit Agricole publiée cette semaine, les notaires de Paris-Ile-de-France expliquent que les volumes de ventes sont en nette augmentation et devraient le rester (d’où le terme de « reprise » du marché), mais que les prix devraient quant à eux rester sur une tendance baissière.

Un bon été pour l’immobilier parisien

Revenant tout d’abord sur l’actualité récente, la Chambre des notaires de Paris explique dans un communiqué du jeudi 29 octobre que la période estivale a été positive aussi bien du côté des volumes que des prix de l’immobilier en région parisienne. À Paris intramuros, les prix sont ainsi remontés au niveau des 8.000 euros par m² en moyenne, alors qu’ils étaient passés légèrement en-dessous de ce niveau en début d’année.

« Ces derniers mois, la tendance baissière des prix s’est interrompue, en raison notamment de la saisonnalité qui pousse traditionnellement les prix à la hausse durant la période estivale et avant la rentrée scolaire », explique la Chambre des notaires[i].

En prenant davantage de recul, cette hausse estivale ne compense pas la baisse des mois précédents. À Paris intramuros, « les prix sont toujours en baisse de -1,8% par rapport à fin août 2014 », expliquent les notaires. Le même constat s’applique dans toute l’Île-de-France : « Sur un an, (…) dans l’ancien, le prix des appartements recule de 2,1% en Ile-de-France à 5.290 euros/m², 4.280 euros/m² en Petite Couronne et 2.930 euros/m² en Grande Couronne ».

Une « stagnation » des prix dans les prochains mois

Pour les prochains moins, la Chambre des notaires de Paris affirme s’attendre à une stagnation des prix, mettant un terme rapide à l’embellie de l’été.

« La saisonnalité a poussé les prix à la hausse pendant l'été, mais les évolutions devraient être à nouveau plus modérées en fin d’année 2015 », affirment les notaires de Paris. Ceux-ci détaillent : « d’après les indicateurs avancés des notaires franciliens sur les avant-contrats, qui permettent de connaître l'évolution des prix jusqu'en décembre prochain, ce mouvement haussier des prix ne serait pas durable ».

Le communiqué n’évoque pas directement la possibilité d’un marché baissier, mais affirme plutôt que « les prix ne semblent pas s'engager pas dans un mouvement de hausse ».

« Le prix au m² à Paris devrait stagner autour de 8.000 euros d’ici la fin de l’année. Ils devraient se situer à 5.300 euros/m² pour un appartement francilien », anticipe la Chambre des notaires de Paris.

Rappelons que les prix moyens ne reflètent pas l’important écart-type qui existe autour de cette moyenne en fonction des différents quartiers de la capitale et de sa périphérie. Le constat est le même pour la variation moyenne des prix, qui évolue différemment selon les quartiers et les types de biens (les prix des studios progressent, les prix des grands appartements baissent tendanciellement).

Les volumes confirment cependant leur « reprise »

Lot de consolation dans ce paysage peu dynamique au niveau des prix : les volumes de ventes ont poursuivi leur reprise cet été, et devraient rester bien orientés.

« De juin à août 2015, près de 45.000 logements anciens ont été vendus [en région parisienne], soit 18% de plus qu’à la même période en 2014 », mentionne le communiqué. « Les ventes ont progressé dans des proportions comparables pour les appartements (+19%) et pour les maisons (+16%). Le nombre de ventes a davantage progressé en Grande Couronne (+23%) et en Petite Couronne (+17%) que dans Paris (+8%) ».

Les chiffres étant arrêtés à la fin du mois d’août, les notaires s’attendent à des volumes toujours en progression sur le mois de septembre d’après les indicateurs avancés, confirmant un « mouvement de reprise » dont on parle beaucoup depuis le début d’année mais qui, rappelons-le, concerne surtout les volumes et pas vraiment les prix.

Lire aussi : Immobilier : les prix restent « encore surévalués » en France (Crédit Agricole)

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • c.voyant le dimanche 1 nov 2015 à 16:15

    Les prêts immobiliers sont une source importante de création monétaire, Hollande en a bien besoin pour relancer l'économie, Sarkozy en a profité en son temps, pas de chance pour Hollande çà ne marche plus aujourd'hui.

  • c.voyant le dimanche 1 nov 2015 à 12:07

    Macron vend son appartement du 15ème dans Paris pour vivre dans son logement de fonction. Le petit malin se dépèche de prendre sa plu value avant l'effondrement du marché, il est au premières loges pour savoir ce qui va se passer dans les mois qui viennent.

  • M7203843 le samedi 31 oct 2015 à 14:43

    En quoi la hausse du prix du m2 est une bonne nouvelle ?! Faut qu'on m'explique.

  • sibile le samedi 31 oct 2015 à 12:00

    friggit devrait aller faire sa courbe en Angleterre et nous expliquer pourquoi là-bas les prix flambent depuis 3 ans

  • c.voyant le vendredi 30 oct 2015 à 18:56

    Les courbes qui brisent tous les espoirs des haussiers: http://cgedd.fr/prix-immobilier-friggit.doc

  • fquiroga le vendredi 30 oct 2015 à 12:09

    donc pas de baisse....