Immobilier : les taux bas profitent enfin (un peu) aux jeunes

le
0

Les emprunteurs s'endettent sur des durées un plus longue et les banques accordent davantage de prêts immobiliers sur 25 ans. Les taux n'en finissent plus de baisser, tombant à 2,52 % hors assurance en octobre.

Les taux des crédits immobiliers continuent de baisser et atteignent désormais des niveaux quasiment inconnus. En octobre, les emprunteurs s'endettent à 2,52 % en moyenne (hors assurance après 2,59 % en septembre) sur 17,4 ans, selon l'Observatoire Crédit Logement/CSA. Depuis le début de l'année, les taux ont reculé de 0,49 % en moyenne et de 0,6 % pour les prêts sur 15 et 20 ans. Résultat, désormais, la quasi totalité des prêts immobiliers (98,1 %) sont commercialisés à un taux inférieur à 3,5 % (contre 16,6 % en 2011!). «Aucun dispositif public d'incitation ou d'aide n'est aussi puissant (que ces taux bas NDRL) pour dynamiser la conjoncture et soutenir le marché immobilier», analyse l'étude.

Forts écarts de taux

Toutefois, tous les emprunteurs ne sont pas logés à la même enseigne. Les taux proposés par les banques dépendent ainsi la durée d'endettement. Les particuliers empruntent en moyenne à 2,43 % (hors assurance) sur 15 ans et à 2,72 % sur 20 ans (et à 2,22 % à taux variable sur 20 ans, formule très peu demandée ou proposée). Mais ces taux baissent encore pour les ménages dotés d'un solide apport personnel et de bonnes capacités de remboursement: Ils empruntent à taux fixe sur 20 ans à 2,41 % ou à 1,78 % (toujours sur 20 ans) à taux variable. L'étude constate un écart de taux de 0,6 % sur une même durée entre les meilleurs et les moins «dossiers».

Fait nouveau, les banques prêtent à nouveau sur des durées un peu plus longues (quatre mois de plus depuis le printemps). Elles accordent aussi davantage de prêts sur 25 ans. Ces emprunts représentaient 19,3 % du marché du crédit en septembre, contre 15 % au premier trimestre. Ces bonnes conditions de crédit, permettent enfin à un plus grand nombre de jeunes ménages (mouvement encore modeste) de devenir propriétaires de leur premier logement. «Le mouvement de la dégradation des flux des ménages jeunes (entre 35 et 45 ans) et modestes que l'on observait depuis l'automne 2011 parait enrayé», explique l'étude. En revanche, la part des ménages de plus de 45 ans, très nombreux sur le marché immobilier ces dernières années, ne progresse quasiment plus. Au final, fin septembre, le nombre de prêts accordés reculait de 6,3 % sur un an, note l'Observatoire. Cette tendance, sans surprise est surtout sensible dans le neuf (recul de 9,4 % des prêts accordés à fin septembre sur un an contre une baisse de 2,9 % dans l'ancien).

Les conditions de crédit devraient rester très bonnes jusqu'à l'été voire l'automne 2015», prévoit l'étude de Crédit Logement/CSA.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant