Immobilier : les prix ont baissé dans toutes les grandes villes de France en octobre

le
3

L'immobilier a baissé dans l'ensemble des grandes villes de France en octobre selon le baromètre mensuel de MeilleursAgents.
L'immobilier a baissé dans l'ensemble des grandes villes de France en octobre selon le baromètre mensuel de MeilleursAgents.

La baisse des prix reste généralement limitée, mais elle s’est retrouvée dans toutes les grandes villes de France le mois dernier selon le dernier baromètre immobilier du réseau MeilleursAgents.com.

Au cours du mois d’octobre, la baisse des prix au m² s’est échelonnée de -0,1% à Paris, Lyon et Marseille, jusqu’à -0,9% à Toulouse, selon le dernier baromètre mensuel de MeilleursAgents, publié mardi 3 novembre.

Parmi les autres villes dont l'immobilier a baissé le mois dernier se trouvent Bordeaux (-0,3%), Lille (-0,6%), Nice (-0,4%) ou encore Nantes, Strasbourg et Montpellier (-0,1%). On retiendra surtout l’absence totale de hausse des prix de l’immobilier dans les grandes villes françaises le mois dernier.

Déjà en septembre dernier, les prix de l’immobilier s’étaient contractés dans toutes les grandes villes de France (-0,2% à -0,7%) à l’exception de Paris (+0,5%) selon le même baromètre mensuel.

Depuis le début de l’année, les prix ont diminué de 1% à Paris, jusqu’à -2,4% à Strasbourg. Seules deux grandes villes ont vu leurs prix s’apprécier : Bordeaux (+0,3%) et Nantes (+2,3%).

Prix en baisse mais demande en amélioration progressive

Pas plus tard que la semaine dernière, les notaires de Paris-Ile-de-France ainsi qu’une étude du Crédit Agricole rappelaient que la « reprise » du marché de l’immobilier dont on parle depuis le début de l’année concerne uniquement les volumes d’achats et de ventes, et non les prix de l’immobilier.

« La demande commence à retrouver un peu de vigueur dans certaines villes. Notre Indicateur de Tension Immobilière (ITI), qui mesure le nombre d’acheteurs en recherche active pour un bien en vente, est passé de 1,3 à 1,4 à Paris en octobre », détaille Sébastien de Lafond, Président et cofondateur de MeilleursAgents.com.

La reprise de la demande reste pourtant insuffisante pour pousser les prix à la hausse. « Les prix continuent de baisser presque partout car le nombre d’acheteurs, bien qu’en augmentation, reste trop faible par rapport à l’offre », explique MeilleursAgents.

À noter que la baisse des prix de l’immobilier n’est pas perdante pour tout le monde, loin de là. « Les taux d’intérêt bas et stables combinés à la baisse des prix augmentent progressivement le pouvoir d’achat des Français », remarque le réseau d'agences.

De nouveaux facteurs de soutien à venir en 2016

Quoi qu’il en soit, MeilleursAgents reste optimiste pour les mois à venir avec l’éventuelle apparition de facteurs de soutiens supplémentaires.

Tout d’abord, l’amélioration de la demande devrait se poursuivre dans les mois à venir. « La nouvelle hausse de la demande, bien que modeste, est un signe positif pour un retour d’ici 12 mois à un marché immobilier plus fluide », explique Sébastien de Lafond.

À ce sujet, « la baisse du chômage annoncée pour 2016 sera le meilleur stimulant de la demande », avance le réseau d’agences, faisant référence au postulat selon lequel la régulière croissance du chômage en France pourrait se tarir à partir de l’an prochain.

Enfin, tout est fait pour que les Français retrouvent l’envie d’acheter pour devenir propriétaires. « Le Président de la République a annoncé l’élargissement du Prêt à Taux Zéro dans l’ancien pour faciliter le premier achat immobilier. Cette mesure (…) doit être détaillée et entrera en vigueur en janvier 2016 », rappelle ainsi MeilleursAgents.

L’évolution à venir des prix de l’immobilier sera ainsi suivie avec attention au cours des prochains mois.

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3523666 le lundi 9 nov 2015 à 18:09

    L'augmentation de l'ITI n'indique pas forcément que le nombre d'acheteurs augmente (et donc que le marché reprend). L'augmentation peut aussi être induite par une baisse du nombre de vendeurs...

  • M4981842 le lundi 9 nov 2015 à 10:48

    Tout est résumé par M297 : TB !remarque : un retour en arrière reviendrait à appauvrir les Hteurs des 10/12 dernières années ce qui n'est pas souhaitable, car cet argent même fictif maintient le niveau des patrimoines et donc de la consommation.il faut une stagnation pendant une logue période et une inflation sur les salaires.

  • M2971476 le dimanche 8 nov 2015 à 18:40

    L'immobilier reste beaucoup trop cher en France. J'ai revendu une maison en 2007 le double de ce qu'elle m'avait coûté en 1997, et je viens d'en acheter une le double de ce qu'avait payé le propriétaire précédent en 2001. Le fond du sujet est que l'immobilier est trop protégé en France, exonération de la plus-value sur résidence principale et multiples aides à l'acquisition de bien destinés à la location. Le marché est faussé, l'immobilier a beaucoup trop augmenté par rapport au niveau de vie.