Immersion chez "les putes"

le , mis à jour le
2
Intervention de la police au Bois de Boulogne en 2012.
Intervention de la police au Bois de Boulogne en 2012.

« Le sexe, c'est comme une partie de tennis, m'avait confié un ami. Tu payes une pute comme tu paierais un prof de sport. Je ne vois pas où est le problème, tant qu'elle est consentante. » Sophie Bouillon ne voyait pas vraiment, elle non plus, où était le problème. Avant de commencer son enquête, elle pensait comme tout le monde : la prostitution est un mal nécessaire, « le plus vieux métier du monde ».

Sauf que. À partir de janvier 2014, la journaliste a commencé à s'immerger dans leur univers. À se rendre sur le terrain, micro à la main, nuit après nuit, pour aller à la rencontre de ces femmes, jeunes ou vieilles prostituées, « trans, putes, filles de la campagne, des trottoirs ou du Bois, de réseaux, de vitrines, gamines des bars à champagne ou des bordels » comme celles de Dodo la Saumure dans « l'affaire du Carlton », et de quelques clients.

Son ouvrage pousse la porte du tabou, des quartiers rouges, des bars à filles de France et limitrophes, entre l'inacceptable, les questions, et la fascination qu'exercent ces femmes. Elles ressemblent à un Strip-tease, ces documentaires belges diffusés sur France 3, mais à lire, où la vérité apparaît sans fard ni filtre. Et où vendre son corps n'est pas une partie de tennis. Morceaux choisis.

Les tarifs au Venusia, à Genève

Les filles du bordel prennent 50 % sur chaque passe. La patronne a été? condamnée par la justice genevoise pour avoir...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • idem12 le samedi 13 juin 2015 à 13:59

    LOL frk987

  • frk987 le vendredi 12 juin 2015 à 16:31

    Vu le titre je croyais que c'était un reportage au sein du PS !!!!