Imbroglio judiciaire autour d'une porte peinte par Banksy à Gaza

le
1
IMBROGLIO JUDICIAIRE AUTOUR D'UNE PORTE PEINTE PAR BANKSY À GAZA
IMBROGLIO JUDICIAIRE AUTOUR D'UNE PORTE PEINTE PAR BANKSY À GAZA

GAZA (Reuters) - La police palestinienne a confisqué jeudi un graffiti peint par l'artiste Banksy dans la bande de Gaza qui fait l'objet d'un litige entre le vendeur et l'acquéreur de l'oeuvre.

L'oeuvre représentant une déesse se tenant la tête d'une main a été peinte sur la porte d'une maison détruite lors de la guerre contre Israël l'été dernier. L'artiste britannique, figure mondialement connue du "street art", l'a peinte lors d'une visite l'an dernier dans le territoire palestinien.

Alors que les pièces signées Banksy se vendent régulièrement à plus de 500.000 dollars, le propriétaire des lieux, Rabea Dardouna, a revendu la porte ornée pour 175 dollars seulement à un jeune artiste palestinien, Belal Khaled.

Depuis qu'il s'est aperçu de sa méprise, le vendeur accuse ce dernier de l'avoir trompé et a saisi la justice.

La porte peinte par Banksy a été confisquée par la police palestinienne venue la récupérer chez Belal Khaled, à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, a déclaré ce dernier à Reuters. "Les policiers ont emporté la porte et m'ont dit qu'elle serait gardée sous scellés conformément à une décision de justice", a-t-il expliqué.

Belal Khaled, qui se considère désormais comme le véritable propriétaire de la porte, a indiqué qu'il saisirait lui aussi la justice pour faire valoir ses droits.

Parmi les autres interventions murales de Banksy dans la bande de Gaza figure un incongru chaton blanc peint sur un pan de mur ayant échappé aux bombes. "Je voulais illustrer les destructions dans Gaza en diffusant des photos sur mon site internet. Mais sur internet, les gens ne s'intéressent qu'aux photos de chatons", explique l'artiste sur son site.

(Nidal al-Mughrabi; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le jeudi 9 avr 2015 à 17:14

    Toujours une terre de liberté décidément. "Je suis charlot" devrait être la devises de ces gens à l'idéologie totalitariste nauséabonde.