Ile-de-France - Pass contraception : la fausse polémique

le
0
Pour informer les jeunes en matière de contraception, Valérie Pécresse promet un nouveau dispositif, sans en préciser encore les modalités.
Pour informer les jeunes en matière de contraception, Valérie Pécresse promet un nouveau dispositif, sans en préciser encore les modalités.

Najat Vallaud-Belkacem en a même appelé à Simone de Beauvoir, c'est dire si l'heure est grave. Dans un tweet un rien sentencieux, la ministre de l'Éducation écrit, le 14 avril : « Trente ans après la mort de Simone de Beauvoir, Valérie Pécresse met fin au Pass-contraception. » Comprendre : la nouvelle présidente (LR) de l'Ile-de-France commet un affront à l'encontre des jeunes filles (et garçons) de la région en supprimant ce dispositif.

Imaginé en 2010 par Ségolène Royal en Poitou-Charentes et adopté, depuis, par la moitié des anciennes régions françaises, ce Pass veut faciliter l'information et l'accès à la contraception en offrant aux jeunes (lycéens, pour l'essentiel) des coupons qui donnent droit à des soins gratuits et anonymes (moyens contraceptifs, consultations, etc.).

Or, le dispositif ne fonctionne pas. C'est l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) qui le dit dans un rapport publié il y a un an : le Pass contraception ne bénéficie que d'un « taux de recours des mineurs excessivement faible ». La proportion de Pass distribués par rapport à la population concernée est inférieure à 4 % dans les quatre régions observées par l'Igas (Poitou-Charentes, Aquitaine...), avec un piteux 0,1 % en Rhône-Alpes. En cause, selon le rapport : le Pass est difficile d'emploi, notamment parce que les mineurs ne savent pas comment l'obtenir ni où l'utiliser, et les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant