Il y a 148 ans... Le Figaro étrillait l'architecture de l'église Saint-Augustin

le
1

RÉTRO IMMO - En mai 1868, Le Figaro évoque l’inauguration de l’église parisienne Saint-Augustin et critique vertement le travail de Victor Baltard, l’architecte des Halles. Son édifice ressemblerait à un «objectif de photographe».

Si sa création des Halles centrales en plein cœur de Paris avait suscité l’enthousiasme, le dessin de l’église Saint-Augustin par le même architecte, Victor Baltard, laisse bon nombre d’observateurs dubitatifs. Dans son édition du 30 mai 1868, Le Figaro écrit ainsi: «M. Victor Baltard est l’architecte des Halles centrales, la plus merveilleuse conception de l’édilité parisienne. Il a dépensé dans cette œuvre toute son intelligence, tout son savoir, tout son goût, et j’ose même dire tout son génie. Aussi ne lui est-il plus rien resté de tout cela quand il s’est agi de construire l’église Saint-Augustin, qu’on a inaugurée hier.»

Poursuivant la critique, le journaliste Alfred d’Aunay se fait plus précis: «On a tout dit sur l’extérieur, qui ressemble fort à un immense objectif de photographe surmonté d’un gâteau de Savoie. Quant à l’intérieur, cela désarme la critique. On sent l’effort d’un constructeur habile, qui a voulu appliquer à un édifice religieux tous les engins métalliques avec lesquels on confectionne les usines et les gares de chemins de fer.» Impitoyable, il explique: «La voûte semble une grande brèche, tendue sur un réseau de grillages. Au milieu on voit un immense trou rond. Quand on est au-dessous, on sent que c’est un dôme admirable de proportions, mais qui ferait mieux au-dessus de la piste d’un cirque, ou du parterre d’un alcazar.»

Un orgue absolument merveilleux

En fait, ce qui perturbe Le Figaro, c’est que cette architecture profane s’accorde mal au sacré. «Certes, il est bon de bâtir des églises, mais on devrait songer en même temps à former nos artistes pour les concevoir dans un sentiment plus chrétien», résume le quotidien. Il reste tout de même un élément à sauver dans cette réalisation selon Alfred d’Aunay: son orgue qui est «absolument une merveille» et «une des curiosités de Paris». «Il a été construit par M. Barker, l’inventeur du levier pneumatique, précise l’article. Il a trois claviers et quarante-deux registres. La transmission se fait par l’électricité, ce qui permet, au moyen d’une pile de vingt-quatre éléments, de supprimer toutes les parties mécaniques et d’éviter tout dérangement. Le clavier y gagne une douceur et une précision incomparables.» Pour Le Figaro, Saint-Augustin serait donc une église à regarder avant tout avec ses oreilles...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 il y a 11 mois

    L'article n'a pas pris une ride.