Il n'y a pas eu de minute de silence à Nice...

le
2
Manuel Valls a été sifflé lors de la minute de silence à Nice.
Manuel Valls a été sifflé lors de la minute de silence à Nice.

Il n'y a pas eu de minute de silence à Nice pour rendre hommage aux victimes de l'attaque du 14 juillet. Face au monument du Centenaire plus particulièrement, face à la Méditerranée, là où la promenade des Anglais commence, personne ne s'est tu lundi midi. À peine les coups de canon ont-ils retenti que les milliers de présents ont applaudi, reprenant une tradition de l'Italie voisine. Il y a eu aussi la Marseillaise chuchotée et l'hymne niçois « Nissa la bella ».

Mais le chant local a été rapidement couvert par des sifflets et des « assassin, assassin ! ». C'est Manuel Valls, le Premier ministre, qui est la cible de ces « manifestants ». La foule, amassée sous un soleil de plomb, en a gros sur le coeur. À notre gauche, à notre droite, derrière, devant, il y a des discussions agitées, vives, sans langue de bois. Les Niçois n'ont jamais versé dans le politiquement correct pour signifier leurs opinions. En quelques minutes, ils ont redit ce qu'ils pensaient, écorchés vifs par l'attaque du 14 juillet.

« Merde, je peux siffler ce mec [Valls], j'ai voté pour lui »

Sur cette terre de droite, même très à droite, Valls est jugé « coupable d'avoir transformé la Prom » en Oradour-sur-Glane, d'avoir donné un permis de tuer à un étranger ». Il y a cet homme venu d'Ile-de-France qui ose : « Moi, j'ai manifesté à Paris contre le terrorisme en novembre. Et vous ? Non....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 10 mois

    Commémoration !!!! que de moyens déployés(service d'ordre impressionnant, avions , déplacement en nombre des élus) pour ces commémorations certes indispensables mais ses énormes moyens seraient mieux employés pour éviter les commémorations .Être élu c'est être efficaces avec les moyens mis à disposition.

  • dotcom1 il y a 11 mois

    Des syndicalistes CGT cachés dans la foule?