Il livre les produits frais des fermes franciliennes à domicile

le
0

INFORMATION A LA DEMANDE - Vous avez souhaité en savoir plus sur le Comptoir Local, un marché de produits locaux d'Ile-de-France en ligne. Nous sommes allés dans l'antre de cette start-up qui livre les produits des petits producteurs d'Ile de France à domicile.

Dans le cadre du défi #UnMoisSansSupermarché, qui consiste à se passer de la grande distribution, pendant un mois, je me suis tournée vers Le Comptoir Local, une place de marché en ligne et vous avez souhaité en savoir plus.

«L'idée est simple», répond ainsi modestement Adrien Sicsic, fondateur du Comptoir Local, pour expliquer le principe de sa start-up. Les produits commandés sur Internet sont récupérés directement auprès des producteurs d'Ile de France puis les achats sont livrés à domicile. La start-up se rend donc quotidiennement dans les fermes sélectionnées pour recueillir les produits commandés jusqu'à minuit sur le site. Seule contrainte pour le consommateur, il faut passer commande 48 heures avant et se faire livrer sur Paris ou en banlieue.

Les produits sont présélectionnés par les membres de la start-up. «Avant de proposer les produits que nous vendons sur le site, nous allons à la rencontre des producteurs et nous privilégions les fermes de petite taille», indique le créateur d'entreprise de 29 ans.

Tout commence à Rungis, au carreau des producteurs, dans cet espace du marché de Rungis sans grossistes, où seuls les producteurs proposent leurs produits.

«Ici, je viens chercher seulement quelques produits car certains producteurs viennent ici tôt le matin et nous ne pourrions pas nous procurer leurs produits autrement. Aujourd'hui, je viens chercher les herbes aromatiques et quelques fruits et légumes», indique l'ancien ingénieur diplômé de Supéléc. Celui qui a quitté un emploi de consultant en stratégie d'entreprises pour monter sa petite entreprise est comme un poisson dans l'eau auprès des producteurs! «Au départ, on était sceptiques, mais avec le temps on voit que son affaire marche et que les commandes sont de plus en plus importantes», constate un producteur.

Puis la tournée se poursuit par une escale à l'entrepôt où sont stockés les produits achetés la veille, pour y déposer les derniers produits attendus pour les commandes. Les 40 commandes du jour doivent être prêtes pour 12 heures! «Le timing est serré, tous les jours nous devons relever un défi logistique!», indique Adrien Sicsic.

La première escale de la tournée se fait à la ferme des 30 arpents à Favières, au Nord-Est du Bassin Parisien, pour récupérer quelques produits laitiers.

Moins de 50 km plus loin, nouvel arrêt à la ferme de Moneuse, à Dagny, pour les commandes de viande de porc.

«La solution proposée par Adrien est intéressante pour nous car nous n'avons pas le temps de nous déplacer donc c'est bien qu'il vienne chercher les produits directement à la ferme», indique Marie-Madeleine Lefèvre, une des quatre associés du domaine agricole. «Nous vendons beaucoup en circuit court mais aujourd'hui la situation est difficile. Heureusement que nous sommes diversifiés car nous perdons de l'argent tous les mois avec le lait, autour de 4000 euros. Nous produisons 60.000 litres de lait par mois dont seulement 3000 litres sont consacrés à la fabrication des yaourts. On arrive à compenser avec les produits transformés de porc».

Puis les rencontres avec les autres producteurs s'enchainent. Elles sont toujours chaleureuses et les constats se répètent inlassablement.

Alors qu'une grave crise frappe le secteur, les producteurs soulignent que les circuits traditionnels ne leur permettent plus de s'en sortir. «La coopérative achète le lait 28 centimes alors qu'il nous coûte plus de 30 centimes à produire...les produits transformés vendus en circuit court à la Ruche qui dit oui ou auprès d'Adrien; nous sauvent. Mais j'ai confiance, je pense que comme toujours, les Français vont trouver eux-mêmes les solutions pour s'en sortir!», indique Christelle Drévillon de la ferme du Petit rémy.

De même, à la ferme de Dieu l'Amant, la famille Birckel souligne que ses «poulets sont élevés aux grains. On les vend uniquement en circuit court, directement au consommateur, sur les marchés ou via des système comme le Comptoir Local».

La tournée des fermes dure environ 5 heures tous les matin pour 250km environ. Puis, retour à l'entrepôt de Chanteloup-en-Brie pour la préparation des commandes du lendemain.

Les produits frais ne resteront qu'une nuit dans les chambres froides avant d'être livrées le lendemain aux clients. Avec ce système, le comptoir Local réduit au maximum les stocks des produits. Seuls les produits conservables, les légumes secs transformés dans le 77, le café torréfié à Paris, les jus de fruits, les pates ... conçus en Ile-de-France restent entreposés. Une organisation qui demande de la manutention. Ainsi, aujourd'hui 8 personnes travaillent à temps plein pour la jeune start-up qui n'est toutefois pas encore rentable.

«Aujourd'hui, nous faisons 200 livraisons par semaine, à un prix du panier moyen de 80 euros, et il faudrait être autour de 1000 livraisons pour que le modèle soit rentable». La rentabilité provient évidemment des marges réalisées sur les produits vendus, qui se situe autour de 35% pour des produits acheminés à domicile, indique Adrien Sicsic. Le jeune chef d'entreprise tient à préciser qu'il ne négocie pas les prix des producteurs.

Par exemple, il achète 80 centimes le litre de lait cru auprès des producteurs qu'il revend ensuite 1,40 euro sur son site.

Les grandes surfaces ne vendent pas de lait cru donc la comparaison du prix proposé au consommateur est difficile en revanche les coopératives achètent le lait moins de 30 centimes auprès des producteurs, un prix en deçà des coûts de production, indiquent les producteurs.

La grande distribution ne permet pas à certains petits producteurs de s'en sortir, certains se tournent donc vers les ventes directes et les circuits courts pour survivre.

Retrouvez les acteurs et initiatives du changement sur Figaro demain

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant