Il achète une villa de Pablo Escobar et la détruit pour trouver de l'argent

le
0

À Miami, le propriétaire d’une villa ayant appartenu au baron de la drogue a des ambitions insolites pour sa propriété. Escobar «avait l’habitude de cacher de l’argent dans toutes ses maisons», justifie-t-il.

Voilà une curieuse façon d’investir dans l’immobilier! Une villa de Miami Beach (Floride, sud-est des Etats-Unis), un temps propriété du baron de la drogue colombien Pablo Escobar, est en cours de démolition par son actuel propriétaire qui, à la recherche d’or ou d’argent, veut en fouiller chaque recoin. Christian de Berdouare a acquis la villa en 2014 pour 10 millions de dollars et a indiqué que les travaux de démolition, entamés lundi, pourraient prendre de deux à trois semaines.

«Nous avons réuni une équipe, nous avons eu des gens très différents (...) avec des détecteurs de métaux, sonars et toutes sortes d’autres appareils pour savoir si quelque chose est caché», a expliqué De Berdouare, fondateur et PDG de la chaîne de restauration américaine Chicken Kitchen. Pablo Escobar, l’un des hommes les plus riches du monde à la tête du cartel de Medellin, a été l’un des principaux barons de la drogue dans les années 1980.

Il est notamment responsable des plus grosses exportations de cocaïne vers les Etats-Unis dans les années 1980 et début 1990. Il a été tué dans son fief en 1993 à l’âge de 44 ans.

L’important patrimoine de Pablo Escobar

L’actuel propriétaire a précisé à l’AFP espérer retrouver de l’argent en liquide dans les murs car «Escobar avait l’habitude de cacher de l’argent dans toutes ses maisons». Il a ajouté vouloir à sa place reconstruire une villa encore plus imposante. «Il peut y avoir du cash, de l’or, des bijoux, des corps - on peut trouver n’importe quoi», a-t-il déclaré. Reste à savoir si l’intuition ambitieuse - digne d’un chercheur d’or - de ce propriétaire portera ses fruits.

Ce n’est pas la première fois que nous évoquons le patrimoine de Pablo Escobar dans Le Figaro Immobilier. Il y a quelques mois, nous vous faisions visiter en images un véritable palais, en plein milieu des Caraïbes... Une île a accueilli pendant des années ce vacancier très particulier qu’est Pablo Escobar. En plein cœur de la forêt, sur la Isla Grande - c’est son nom - on trouve un gigantesque complexe en béton, comprenant plus de 300 chambres dans des chalets individuels, des salles de bain avec des douches en or, et des espaces pour permettre aux hélicoptères d’atterrir en toute sécurité sur l’île.

Dorénavant, l’île jadis luxueuse n’est plus que l’ombre d’elle-même. Délabrée, oubliée, délaissée... la nature a repris possession des lieux. Une horde de sangliers y ont élu domicile. Les murs fissurés laissent toujours apparaître les couleurs des années 1980, bleu pastel et rose corail. La preuve de vie humaine la plus récente: des vêtements rapiécés, qui ont été laissés à sécher sur le bord de la piscine... Mais aucun trésor n’y a jamais été découvert!

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant