Huit pistes pour rendre le métier de prof plus attractif

le
0
Les enseignants font cruellement défaut dans certaines académies ou dans certaines disciplines fondamentales, comme les lettres modernes, les mathématiques ou l?anglais.
Les enseignants font cruellement défaut dans certaines académies ou dans certaines disciplines fondamentales, comme les lettres modernes, les mathématiques ou l?anglais.

La promesse était audacieuse. Recruter 60 000 postes dans l'Éducation nationale en cinq ans était l'une des mesures phares de la refondation de l'école du quinquennat de François Hollande. À quelques mois du terme, le ministère continue d'assurer que le pari sera tenu. Pourtant, malgré l'afflux de candidats aux concours, de nombreux postes restent vacants, et ce, notamment dans des disciplines fondamentales comme les mathématiques.

« Le métier attire toujours »

Le Cnesco (Conseil national d'évaluation du système scolaire) rend ce lundi une étude sur l'attractivité du métier d'enseignant, et explore les conditions d'exercice du métier en dressant notamment une comparaison internationale. Premier constat : « en 2016, le métier d'enseignant attire toujours », assure Nathalie Mons, présidente du Cnesco. Et il n'y a « pas de pénurie de recrutement ». La motivation des étudiants sondés ne repose pas sur la multiplicité des vacances, la sécurité de l'emploi. Ce n'est pas non plus un choix par défaut en temps de crise économique. Non, ce métier est bel et bien une vocation, puisque nombre des étudiants qui l'envisagent se sont projetés dans le métier de professeur des écoles depuis leur enfance, ou depuis le lycée pour les aspirants profs du secondaire. Devenus adultes, la réalité du métier ne les effraie pas : les jeunes interrogés, qui ne sont pas rebutés par la nécessité d'avoir...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant