Hollande, Taubira et Jesse Jackson réunis contre l'esclavage

le , mis à jour à 13:59
10
JOURNÉE NATIONALE DES MÉMOIRES DE LA TRAITE, DE L'ESCLAVAGE ET DE LEURS ABOLITIONS
JOURNÉE NATIONALE DES MÉMOIRES DE LA TRAITE, DE L'ESCLAVAGE ET DE LEURS ABOLITIONS

PARIS (Reuters) - La Journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions a réuni mardi à Paris l'ex-ministre de la Justice Christiane Taubira et le révérend américain Jesse Jackson autour de François Hollande.

Cette journée, célébrée chaque 10 mai depuis 10 ans, marquait aussi le 15e anniversaire de la reconnaissance par la loi française de l'esclavage comme crime contre l'Humanité.

Un combat défendu par Christiane Taubira, ministre de la Justice de 2012 à début 2016, présente à la cérémonie.

"Certains disent qu'il ne faudrait pas remuer le passé, se tourner vers l'avenir, mais l'Histoire ne disparaît pas. Elle est toujours là, insistante, pressante, exigeante, parce que nous devons toujours savoir d'ou nous venons", a déclaré François Hollande dans les jardins du Luxembourg.

"La mémoire rassemble. Une Nation a toujours besoin de grands récits, de héros à célébrer, de modèles pour incarner ses valeurs", a-t-il ajouté. "La France a aussi besoin de vérité (...) Je défends l'Histoire car elle nous permet d'avancer et d'être plus sûrs de nous."

Avant lui, le révérend américain Jesse Jackson, compagnon de route de Martin Luther King, grande figure de la lutte pour les droits civiques aux Etats-Unis, avait invité l'auditoire à "ne pas renoncer".

"Nous sommes tous les enfants de Dieu, nous comptons tous", a-t-il déclaré. "Aujourd'hui nous sommes libres mais nous ne sommes pas égaux (...) Les enfants des esclaves doivent être des employeurs et pas seulement des employés."

Jesse Jackson a fait applaudir Christiane Taubira, la ministre des Outre-Mers George Pau-Langevin et Barack Obama, premier président noir de l'histoire des Etats-Unis.

(Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jfvl le mardi 10 mai 2016 à 16:25

    Encore une commémoration ! Heureusement qu'avant lui il s'est passé quelque-chose dans l'histoire de la France autrement il n'aurait aucune raison d'exister car lui il ne laissera après son passage qu'un pays exsangue mais riche de "repentences" en tout genre.

  • M9244933 le mardi 10 mai 2016 à 15:56

    Quand on compte les dizaines de milliards d'argent public donnés chaque année à nos îles DOM-TOM, j'ai l'impression que la métropole a déjà fait plus qu'un chemin énorme en matière de dédommagement des populations de couleur.

  • bernm le mardi 10 mai 2016 à 15:01

    Il ne faut pas oublier le passe, sauf si on parle des origines chretiennes de l'Europe, n'est-ce pas M Moscovici...

  • abertoni le mardi 10 mai 2016 à 14:43

    FH se concentre sur le passé .peu lui importe l'avenir......

  • M940878 le mardi 10 mai 2016 à 14:13

    rien à faire là la Taubira

  • Aston54 le mardi 10 mai 2016 à 14:11

    "La mémoire rassemble. Une Nation a toujours besoin de grands récits, de héros à célébrer, de modèles pour incarner ses valeurs", a-t-il ajouté. "La France a aussi besoin de vérité (...) Je défends l'Histoire car elle nous permet d'avancer et d'être plus sûrs de nous." Ben va falloir qu'il dise cela à ses différents ministres de l'EN, car vu ce que l'on fait de l'histoire de France...

  • dotcom1 le mardi 10 mai 2016 à 14:05

    Célbrérez le passé pour vous donner bonne conscience, ca vous évite de regarder l'esclavage qui existe toujours en Afrique et au Moyen-Orient.

  • fpelu le mardi 10 mai 2016 à 13:51

    C'est tout ce qu'il sait faire : commémorer, se repentir.

  • M7097610 le mardi 10 mai 2016 à 13:49

    A quand la saisie des fortunes mal acquises par les békés ou zoreilles en Martinique et Guadeloupe ou la Reunion par exemple ?

  • M7097610 le mardi 10 mai 2016 à 13:48

    a quand le remboursement à Haïti des francs or payés par les affranchis pour dédommager les anciens propriétaires d'esclaves ? Payer pour se libérer, fallait oser !