Hollande : "mettre un terme immédiat à la souffrance des civils à Gaza"

le
0
Le chef de l'État avait réaffirmé dimanche sa volonté que ne soit toléré aucun acte, aucune parole qui puisse faire ressurgir l'antisémitisme et le racisme.
Le chef de l'État avait réaffirmé dimanche sa volonté que ne soit toléré aucun acte, aucune parole qui puisse faire ressurgir l'antisémitisme et le racisme.

"Tout doit être fait pour mettre un terme immédiat à la souffrance des populations civiles à Gaza", a déclaré François Hollande lundi, au cours d'un entretien avec le secrétaire général des Nations unies. Ban Ki-moon a fait part au président de la République "en détail des efforts qu'il déploie actuellement au Proche-Orient avec l'ensemble des partenaires et des protagonistes en cause pour parvenir le plus rapidement possible à un cessez-le-feu, puis à un règlement de la crise", selon un communiqué de l'Élysée.Les représentants des cultes sont arrivés dans l'après-midi pour une rencontre avec François Hollande et Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, au lendemain d'un week-end marqué par des violences en marge de manifestations pro-palestiniennes. Le président du Conseil français du culte musulman, recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, le président du Consistoire central israélite de France, Joël Mergui, le pasteur Georges Michel, secrétaire général de la Fédération protestante de France (FPF), la vice-présidente de l'Union bouddhiste de France, Vô Minh Tri, Mgr Joseph, métropolite de l'Église roumaine de France représentant l'Assemblée des évêques orthodoxes de France, et Mgr Stanislas Lalanne, évêque de Pontoise pour la Conférence des évêques de France sont arrivés à 16 h 30. Poignée de mainLe recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, et le président du Consistoire...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant