Hollande, Juppé et les autres : la guerre de position

le
0
Pour François Hollande comme pour Alain Juppé, la trêve estivale a pris fin avec des annonces plus ou moins attendues.
Pour François Hollande comme pour Alain Juppé, la trêve estivale a pris fin avec des annonces plus ou moins attendues.

Deux hommes sont sortis de la torpeur de l'été : Alain Juppé et François Hollande. Deux hommes qui ont choisi de prendre de vitesse leurs adversaires. Juppé était soucieux de se placer avant l'annonce du retour de Sarkozy pour conforter l'idée d'une primaire de l'ensemble de la droite républicaine, qu'il souhaite au "printemps 2016". L'annonce, sur son blog, de sa candidature à la primaire de l'UMP est une manière de couper l'herbe sous le pied de Nicolas Sarkozy qui a plutôt l'intention de refonder un tout autre parti, se débarrassant, au passage, des primaires... François Hollande avait, quant à lui, à coeur de frapper un grand coup avant La Rochelle et avant le rendez-vous de Montebourg à Frangy. En réaffirmant qu'il ne changerait pas de cap et en se disant prêt à "accélérer" les réformes, il répond par avance aux critiques de son aile gauche et fige, au passage, la position de son Premier ministre, Manuel Valls, qui ne pourra pas s'en démarquer... On remarquera deux autres messages subliminaux : l'un adressé aux Européens et à Angela Merkel sur les 3 % que le président français ne tiendra pas en 2015 (il dit qu'il faut changer de rythme), l'autre à ses alliés radicaux de gauche à qui il concède le maintien d'une représentation départementale dans les zones rurales... Naufrage Le coup de starter de la saison 2014-2015 est ainsi donné : un président qui tente de verrouiller sa majorité et serre les dents en attendant une...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant