Hollande cogite l'après-départementales

le
0
Attaquer le FN comme le font François Hollande et Manuel Valls peut être mauvais, estiment certains élus. Ça excite tous les anti-système, entend-on.
Attaquer le FN comme le font François Hollande et Manuel Valls peut être mauvais, estiment certains élus. Ça excite tous les anti-système, entend-on.

 

Nicolas Sarkozy est hilare : "C'est incroyable, Hollande se présente à une élection en disant, par avance, qu'il ne changera rien à sa ligne et qu'il ne changera pas de Premier ministre... C'est dire l'idée qu'il se fait des électeurs." Comment le président de l'UMP ne pourrait pas jubiler à l'avance du triomphe que vont être les départementales pour son parti ? À l'Élysée, François Hollande n'ignore pas qu'il boira, dès dimanche soir, une potion très amère. Les parlementaires qu'il consulte lui font remonter un signe inquiétant. "Les électeurs ne nous disent rien de leurs intentions. Ils ne manifestent pas de colère envers nous, mais ils ne disent rien," lui font saveurs quelques sénateurs. Chez les députés hollandistes, la violente campagne anti-FN est très critiquée. "C'est contre-productif !" entend-on souvent. "Ça excite tous les anti-système", relève, pour sa part, le député frondeur Christian Paul. Cette idée que la République serait en danger face au Front national, imaginée comme un héritage de l'après-Charlie, a quelque chose d'un peu décalé. L'effroi qui a traversé le peuple en janvier, au moment des attentats, n'est pas dû, jusqu'à preuve du contraire, à un acte criminel des élus frontistes... La dynamique du Front national ne sera pas combattue par une harangue agressive mais par l'obtention de résultats économiques qui permettent aux ouvriers de regagner du pouvoir d'achat et la confiance en leurs élus. Et...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant