Hollande à Davos : le président salue le coup de pouce de la BCE

le
1
Le président français François Hollande s'est félicité des rachats massifs de dettes annoncés par la Banque centrale européenne (BCE), mais a prévenu que cela ne dispensait pas de faire des ré
Le président français François Hollande s'est félicité des rachats massifs de dettes annoncés par la Banque centrale européenne (BCE), mais a prévenu que cela ne dispensait pas de faire des ré

Le président français François Hollande s'est "félicité" vendredi des rachats massifs de dettes annoncés la veille par la Banque centrale européenne (BCE), lors d'une courte déclaration à son arrivée au Forum économique mondial de Davos. "Dans le respect de son indépendance, je ne peux que me féliciter de ces décisions", a-t-il déclaré à la presse, estimant que la BCE jouait son rôle quand elle "luttait contre le chômage" et faisait en sorte que la croissance soit prioritaire.

L'action de la BCE pour soutenir l'économie de la zone euro ne signifie pas que la France n'a pas besoin de faire des réformes structurelles, a déclaré vendredi à Davos le président François Hollande, rejoignant la position d'Angela Merkel qui avait dit en substance la même chose jeudi. Les décisions de la BCE "ne doivent pas nous empêcher de faire nos réformes", a déclaré le président français au lendemain de l'annonce par la Banque centrale européenne d'un plan massif de rachat d'actifs pour soutenir l'économie. Le chef de l'État s'est exprimé devant quelque 2 000 responsables politiques et économiques très préoccupés cette année par la multiplication des crises, de l'Ukraine au Moyen-Orient et jusqu'en France, donc, où les attentats djihadistes ont fait 17 morts début janvier.

À la rencontre des grandes entreprises

Le même auditoire a assisté auparavant à une table ronde de haute volée avec le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le vendredi 23 jan 2015 à 15:53

    Les réformes sont du ressort exclusif du Gouvernement.Réduire de moitié le nombre des parlementaires plafonner et fiscaliser tous leurs revenus,indemnités et avantages.Supprimer les régimes spéciaux,réduire drastiquement le nombre des fonctionnaires administratifs en ne faisant plus de lois"usines à gaz"inapplicables. retour aux 39h TOUS,3 jrs de délai de carence en arrêt maladie TOUS.Retraire à 65 ans TOUS avec même calcul.