Hold-up numérique mondial

le
0
Les plus gros casses se font désormais dans le monde virtuel et grâce à des outils numériques. (Photo d'illustration saisie d'image tirée du jeu GTA 5).
Les plus gros casses se font désormais dans le monde virtuel et grâce à des outils numériques. (Photo d'illustration saisie d'image tirée du jeu GTA 5).

On le pensait neutralisé depuis 2013, un virus informatique baptisé « Backdoor.Win32.Skimer » a refait son apparition en avril dernier dans les réseaux bancaires russes. Il aurait, depuis, contaminé plusieurs réseaux bancaires européens. Repéré par les laboratoires Kaspersky, ce programme « malin » (ou malware) cible prioritairement les distributeurs de billets. S'il n'autorise le retrait que de quarante coupures à la fois, cela peut représenter un butin de 20 000 euros tout de même, tant que n'ont pas été retirés de la circulation les billets de 500 euros...

Ce virus informatique est surtout en mesure d'enregistrer les numéros et les codes secrets des cartes de crédit qui sont introduites dans les machines infectées. « Un dispositif sophistiqué permet de transmettre ces datas à distance et de dupliquer ainsi ces cartes bancaires, utilisables dans n'importe quel commerce », indique l'ingénieur néerlandais Jornt Van Der Wiel qui a participé à l'analyse de ce programme informatique sophistiqué.

Une menace mondiale

Ce virus, que les Américains ont baptisé « skimer » pour sa capacité à enregistrer les informations contenues dans les bandes magnétiques et les puces des cartes avait déjà frappé la Russie entre 2010 et 2013. La nouvelle version de ce malware, identifiée le mois dernier, s'est visiblement propagée dans le monde entier. Selon Jornt Van Der Wiel, il aurait été retrouvé...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant