Heureux avec 800 euros par mois

le
0
Aux yeux de l?Insee, Hervé vit sous le seuil de pauvreté, fixé à 977 euros. Mais il n?a pas besoin d?argent : J?en ai trop, dit-il.
Aux yeux de l?Insee, Hervé vit sous le seuil de pauvreté, fixé à 977 euros. Mais il n?a pas besoin d?argent : J?en ai trop, dit-il.

« C'est devenu presque un jeu : comment m'y prendre pour dépenser moins encore » : Hervé René Martin s'amuse de ce défi tout en sirotant son café. Devant ses fenêtres, des forêts denses de châtaigniers et conifères typiques du paysage de Saint-Étienne-de-Serre (Ardèche). L'intérieur de sa maison dégage une senteur de bois et de foins fraîchement coupés, offrande des murs construits en terre et paille.

Il y a seize ans, Hervé, fort du succès de son essai La Mondialisation racontée à ceux qui la subissent (Climat, 1999), court les conférences et pérore sur la décroissance économique. Mais que sait-il, au fond, de cette réalité qu'il préconise ? À 55 ans, celui qui a emprunté avec appétit toutes les autoroutes de la société de consommation, exercé plus de vingt métiers, couru la gueuse, roulé en BMW, publié des romans érotiques, décide de changer de vie. L'aboutissement d'un long cheminement. Déjà, à 40 ans, alors à la tête d'un cabinet d'assurance, il s'était senti pris au piège des crédits qui rognaient sa liberté. Il avait vendu et remboursé. Commence alors une vie sans revenus fixes avec une visibilité économique à six mois. « La peur, je l'avais quand je gagnais beaucoup. Le jour où j'ai changé ma Land Rover contre une Méhari, les réparations coûteuses ne m'ont plus causé de soucis. Comment peut-on avoir peur de manquer alors qu'on est en surconsommation ? C'est fantasmatique. »

En...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant