"Hélène et les garçons" : Azoulay répond aux accusations de Zemmour

le
0
Photo d'illustration.
Photo d'illustration.

Hélène et les garçons coupable d'avoir dévirilisé la société française. L'amalgame avait pu faire sourire, elle a effectivement "amusé" Jean-Luc Azoulay, le créateur de la série des années 1990. Amusé, oui, mais dans une interview aux Inrockuptibles datée du mercredi 29 octobre, le producteur et scénariste a tout de même tenu à répondre aux critiques d'Eric Zemmour.

Dans un discours à Béziers mi-octobre, en marge de la publication de son livre Le Suicide français, Eric Zemmour avait de nouveau cité la teen série, diffusée sur TF1 entre 1992 et 1994, comme exemple de la décadence nationale commencée dans les années 1990. Pour le polémiste, les aventures amoureuses d'Hélène Rollès ont contribué à une supposée féminisation de la société française : "Dans Hélène et les garçons, cette complexité irréductible des rapports entre les sexes, cette altérité fondamentale, était aplanie, évacuée, supprimée, niée par la conversion des garçons au modèle féminin."

Une série trop moraliste ?

Face aux critiques, Jean-Luc Azoulay soutient que les garçons tenaient un rôle à part entière dans les épisodes de la série : "Déjà rien que le titre, c'est Hélène et les garçons, donc ils sont bien là, ils ne sont pas invisibles. En plus, ils sont musiciens, ce ne sont pas des minets." Pour le scénariste, "il faudrait que Zemmour regarde la série, il n'y a pas de féminisation des garçons, il y...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant