Haïti - Trouillot : "La France nous a fait violence"

le
1
L'écrivain Lyonel Trouillot attend du voyage de François Hollande en Haïti que la France reconnaisse ses responsabilités.
L'écrivain Lyonel Trouillot attend du voyage de François Hollande en Haïti que la France reconnaisse ses responsabilités.

François Hollande est en Haïti. Ce ne sera pas, espérons-le, une visite par défaut ni un simple retour de politesse au président Martelly. Mais bien une action politique dont la portée ne voudra pas être que symbolique : l'acte fondateur de quelque chose de nouveau, de plus humain et d'efficace dans la relation entre les deux pays. L'occasion peut-être de penser ce qu'en Haïti la France n'a pas su faire, dire ni entendre. L'occasion d'exprimer la volonté de réparer, au moins au sens de corriger, mieux faire. Car la France nous a fait violence. Il lui faudra, déjà sur le passé colonial, reconnaître pour crime ce qui ne fut qu'un crime. Ne plus adopter l'oubli comme stratégie d'autodéfense. Ne plus chercher de justification à la barbarie coloniale. La reconnaître comme telle. Car comment peut-on demander à celui qui a souffert de banaliser sa propre souffrance et lui proposer des liens d'amitié ? L'amitié n'est possible que dans la pleine reconnaissance de ses torts, ce qui permet enfin de parler d'autre chose. Silence ou injure Le traitement de la figure de Jean-Jacques Dessalines, fondateur de l'État haïtien, dans l'historiographie française, marqué par le silence ou l'injure, témoigne de cette difficulté de comprendre Haïti. La France a joué Toussaint Louverture contre Dessalines. L'un est devenu, longtemps après sa mort, un général français et martyr de la liberté. Une figure acceptable, inscrite au panthéon. L'autre n'est toujours pas...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mucius le mardi 12 mai 2015 à 07:20

    Encore un qui veut toucher notre pognon en s'appuyant sur la mauvaise conscience affichée par les bobos qui nous gouvernent