Guerre contre l'EI : bientôt des frappes britanniques en Syrie ?

le , mis à jour le
1
David Cameron sera reçu lundi à l'Élysée pour discuter avec François Hollande de la stratégie face à l'EI.
David Cameron sera reçu lundi à l'Élysée pour discuter avec François Hollande de la stratégie face à l'EI.

Le Premier ministre britannique, David Cameron, entend profiter de l'émotion suscitée au Royaume-Uni par les attentats de Paris pour obtenir l'accord du Parlement de son projet de frappes contre l'État islamique (EI) en Syrie. Alors que l'hôte du 10 Downing Street doit rencontrer lundi, à l'Élysée, le président François Hollande pour discuter de la lutte contre Daesh, le vent a tourné à Londres en faveur d'une intervention militaire aux côtés des États-Unis et de la France. Pour l'instant, les bombardements des avions Tornado de la RAF contre les djihadistes sont limités à l'Irak.

« Le Royaume-Uni doit se comporter comme Churchill, et non pas comme Chamberlain. » À en croire la presse dominicale du 22 novembre, David Cameron entend comparer l'esprit de résistance du « Vieux Lion »  qui n'avait rien d'autre à offrir à la nation que « du sang, du travail, des larmes et des sueurs » à la politique désastreuse d'apaisement de son prédécesseur, architecte des accords de Munich en 1938. Cette vulgate musclée est destinée à persuader une Chambre des communes, hostile jusqu'aux attentats du 13 novembre, à son projet de frappes en Syrie.

L'opinion favorable aux frappes aériennes

« Ce qui s'est passé à Paris a bouleversé la donne. Aujourd'hui, David Cameron a toutes les cartes en main pour l'emporter, mais il doit aller vite, car, avec le temps, l'émotion risque de retomber », souligne John Rentoul,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le dimanche 22 nov 2015 à 16:30

    Nos amis anglais ne seront pas de trop. Ils sont les bienvenus.