Guerre à Gaza : la froide litanie des chiffres

le
0
Des enfants dans les décombres d'une mosquée détruite le 30 juillet dernier à Gaza.
Des enfants dans les décombres d'une mosquée détruite le 30 juillet dernier à Gaza.

Le 8 juillet commençait l'opération Bordure protectrice, en représailles à l'assassinat de trois jeunes juifs dans les Territoires occupés, et aux tirs de roquette du Hamas vers Israël. Objectif : détruire les tunnels qui contournent le strict blocus imposé par Israël depuis 2005. Depuis 2008 et l'opération Plomb durci, c'est la troisième guerre menée à Gaza par les forces armées israéliennes. En 2012, l'opération Pilier de défense avait les mêmes objectifs. Elle avait duré 7 jours.

Bordure protectrice est la plus meurtrière. Israël accuse le Hamas de se servir des civils comme boucliers humains. Une commission internationale d'urgence lancée par l'ONU enquête sur d'éventuels crimes de guerre commis par l'armée.

Les victimes

À la mi-journée samedi, 1 654 Palestiniens avaient été tués et 8 900 autres blessés, selon les secours locaux. L'ONU est parvenue à vérifier les identités de 1 117 morts, dont une immense majorité de civils (926, soit 83 %). L'armée israélienne a évoqué le chiffre de 320 combattants palestiniens tués lors de la deuxième semaine de guerre. L'ONU en comptabilise 191 parmi les morts dont elle a pu vérifier l'identité.

Selon l'Unicef, au moins 296 enfants et adolescents palestiniens ont été tués dans la bande de Gaza. "Les enfants comptent pour 30 % des victimes civiles", a estimé l'Unicef, dont le bilan, établi sur la base des décès que l'Agence onusienne a pu jusqu'à présent...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant