Grèce : les douze travaux de Tsipras

le
0
Après avoir beaucoup promis, le nouveau Premier ministre Alexis Tsipras va devoir donner des gages.
Après avoir beaucoup promis, le nouveau Premier ministre Alexis Tsipras va devoir donner des gages.

Près de trois semaines après la victoire électorale de Syriza et l'arrivée de son chef, Alexis Tsipras, à la tête du gouvernement grec, le mystère reste entier. Après avoir beaucoup promis, le nouveau Premier ministre va devoir donner des gages tout en sachant sa marge de manoeuvre limitée. Pour l'heure, les changements sont purement cosmétiques. Tous les Athéniens ont constaté un net allègement de la présence policière dans les rues. Au pied du Parlement, il est désormais possible d'approcher les evzones qui ravissent les touristes de leur chorégraphie mécanique. Et le code vestimentaire est désormais plus proche du look motard que du costume-cravate, Tsipras et son ministre des Finances, Yanis Varoufakis, étant amateurs de grosses cylindrées. Au terme de ce round d'observation, les hommes de Syriza entrent désormais dans le dur. Très dur même, car ils vont se heurter à deux sortes de problèmes. D'une part, devoir se montrer sélectifs dans leurs promesses chiffrées au risque de mécontenter les laissés pour compte, étant entendu que l'état des finances publiques ne permet pas de satisfaire tout le monde. D'autre part,essayer de faire de la politique "autrement", sans clientélisme ni corruption, véritable travail d'Hercule tant ces pratiques sont ancrées dans les moeurs. "Dans l'immédiat, le gouvernement n'a pas les moyens de relever le smic à 750 euros et la retraite minimum à 700, comme il s'y est engagé, estime l'économiste...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant