Grèce : l'unité de la zone euro en jeu

le
0
L'avenir de la Grèce se joue lors de ce sommet, en même temps que l'unité des pays de l'Union européenne.  
L'avenir de la Grèce se joue lors de ce sommet, en même temps que l'unité des pays de l'Union européenne.  

À Athènes, les banques tremblent en attendant le sommet de la zone euro organisé ce lundi alors que les Grecs ont déjà retiré plusieurs milliards des distributeurs. Si bien que la Banque de Grèce a demandé une réunion du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) ce midi pour relever leurs financements d'urgence. À quelques milliers de kilomètres de là à Bruxelles, les chefs d'État sont appelés à trouver la solution politique, le « compromis », pour éviter le défaut de paiement du pays, qui pourrait être annoncé dès le 30 juin. Quelques heures avant, les ministres des 19 pays de la zone euro se réunissent pour évaluer les conditions d'une seconde prolongation, au-delà du 30 juin, du plan de financement et sauvetage grec, agréé en 2012. Tous les scénarios, dont ceux d'une sortie du pays du programme d'aide, seront étudiés, indique une source européenne. Depuis l'arrivée du parti de la gauche radicale d'Alexis Tsipras, impossible pour la Grèce et ses créanciers de s'entendre sur le déblocage de la deuxième tranche d'aide de 7,2 milliards de prêt, conditionné à un plan de réformes du système des pensions et de la TVA, notamment, refusé par Athènes. Les équipes techniques s'y sont essayées, les ministres s'y sont cassé les dents. Les dirigeants politiques feront-ils mieux ?

Les espérances d'Alexis Tsipras

C'est ce qu'espère le gouvernement d'Alexis Tsipras, qui s'est engagé devant son...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant