Grande-Synthe : fermeture du "camp de la honte"

le
0
Le nouveau camp de Grande-Synthe est dimensionné pour pouvoir accueillir 1 500 personnes. 
Le nouveau camp de Grande-Synthe est dimensionné pour pouvoir accueillir 1 500 personnes. 

Le camp de Basroch ne sera bientôt plus qu'un mauvais souvenir. Ce bidonville insalubre, implanté en périphérie de Grande-Synthe (Nord), est en cours de démantèlement depuis le 7 mars. Selon la mairie, 1 050 réfugiés (dont 140 femmes et 70 enfants) vivraient, parfois depuis plusieurs mois, sur ce terrain vague encadré de forêts, proche de la zone commerciale de cette petite ville de 22 000 habitants. Un chiffre sous-estimé selon plusieurs associations intervenant sur place.

Regardez ici Notre reportage sur place en janvier dernier.

Les habitants de ce camp, placé sous la férule de groupes de passeurs kurdes, sont invités à emménager dans un nouveau camp. 600 personnes se seraient déjà portées volontaires. Le transfert de Basroch est d'autant plus urgent qu'il a commencé à neiger sur ce camp constitué de tentes, pour partie déchirées par les récentes tempêtes.

Situé au lieu dit "La Linière", une ancienne exploitation agricole acquise par la ville, encadrée par l'autoroute Dunkerque-Calais et une voie ferrée, le nouveau centre d'accueil pour migrants a été édifié en moins de deux mois par Médecins sans frontières (MSF). Ce camp, constitué de plus de 200 cabanons en bois, est aux normes internationales du Haut Commissariat aux réfugiés contrairement à celui de Basroch qui était en zone inondable. Il peut...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant