Grande-Bretagne : "Brexit", le risque Cameron

le
5
L'Union européenne est le septième sujet de préoccupation des Anglais, selon des sondages. Photo d'illustration : David Cameron.
L'Union européenne est le septième sujet de préoccupation des Anglais, selon des sondages. Photo d'illustration : David Cameron.

On ne prête jamais attention aux cris du coeur, surtout s'ils émanent de leaders réputés pour leur flegme. "Pensez au chaos qui serait provoqué par une sortie de l'Europe. C'est un parti complètement inacceptable pour l'avenir de notre nation", s'est écrié l'ex-Premier ministre Tony Blair en apportant son soutien au candidat travailliste Ed Miliband. L'avertissement de celui qui occupa le 10, Downing Street entre 1997 et 2007 contre la tenue d'un référendum souligne combien la question du "Brexit" ("british exit"), c'est-à-dire la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, est devenue un enjeu des élections législatives britanniques du 7 mai."L'Europe ne joue qu'un rôle discret dans ce scrutin entièrement dominé par les questions politiques et économiques intérieures. Le sujet, qui arrive à la septième place dans les préoccupations des Britanniques, a été mis en sourdine jusqu'après le 7 mai", insiste toutefois Ben Page, directeur général de l'institut de sondage Ipsos-Mori. À l'écouter, à l'exception de la formation populiste et anti-européenne Ukip qui a fait du "Brexit" son unique fonds de commerce, les six autres partis en lice évitent d'adresser une problématique qui divise l'opinion. Une prudence d'autant plus compréhensible que, dans les sondages, tories et travaillistes sont au coude à coude.Le "brexit" n'a pas la coteCertes, le Premier ministre conservateur David Cameron a promis un référendum d'ici 2017 en cas de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Xophe3 le mardi 5 mai 2015 à 11:10

    Vivement qu'ils le fassent ce référendum et qu'ils se cassent les Rosbifs.

  • M9946587 le mardi 5 mai 2015 à 09:32

    Le problème est bien que De Gaulle avait complètement raison quant à cet exercice de démocratie, les gens ne répondent pas à la question posée ... et cela tient au fait que le référendum n'est que rarement utilisée. Chez les Suisses qui le pratiquent régulièrement ils répondent bien à la question et ne s'en servent pas comme défoulloir vis à vis du gouvernement ..

  • mucius le mardi 5 mai 2015 à 09:16

    "idée irresponsable de référendum" : une idée de vraie démocrate sans aucun doute...

  • mucius le mardi 5 mai 2015 à 09:15

    Le Point est favorable à une démocratie très limitée : consulter le peuple uniquement aux élections et surtout ne pas lui poser les questions importantes qui doivent réglées entre élus. Bien dans la ligne française avec une collusion des médias et des politicards pour exploiter la bête.

  • jeepinv le mardi 5 mai 2015 à 09:13

    Je crains que David Cameron ne paie très cher cette idée irresponsable de référendum sur le maintien de la Grande Bretagne dans l'Europe.