Gérard Larcher candidat UMP à la présidence du Sénat

le
0
GÉRARD LARCHER CANDIDAT UMP À LA PRÉSIDENCE DU SÉNAT
GÉRARD LARCHER CANDIDAT UMP À LA PRÉSIDENCE DU SÉNAT

PARIS (Reuters) - Gérard Larcher, qui présida le Sénat de 2008 à 2011, a été désigné mardi candidat de l'UMP à la présidence de la haute assemblée à l'issue d'une "primaire" interne avec Jean-Pierre Raffarin et Philippe Marini, a annoncé Jean-Claude Gaudin.

Le sénateur des Yvelines a été désigné par 80 voix contre 56 à l'ancien Premier ministre de Jacques Chirac dans une réédition de la bataille de 2008, à laquelle Philippe Marini, président de la commission des Finances, avait également pris part.

Au total, 143 sénateurs UMP étaient appelés à se prononcer dans un vote à bulletin secret.

"80 voix se sont exprimées pour Gérard Larcher, moins pour Jean-Pierre Raffarin, 56, et encore moins pour Philippe Marini", a dit Jean-Claude Gaudin, président sortant du groupe UMP au Sénat. Philippe Marini a recueilli sept suffrages.

"Je pensais que le scrutin serait plus serré, qu'il faudrait peut-être un deuxième tour", a concédé le sénateur-maire de Marseille.

Le "filloniste" Gérard Larcher, qui s'était déclaré dès février, avait mené une campagne assidue, "100% Sénat", auprès de ses pairs en s'appuyant sur ses réseaux.

Jean-Pierre Raffarin, soutenu par Nicolas Sarkozy, s'était déclaré le 12 septembre et avait milité pour "une stratégie 100% nouvelle pour un Sénat de combat, un Sénat de résistance préparant l'alternance".

"Maintenant, il va falloir rassembler", a déclaré Gérard Larcher à l'adresse notamment des centristes, qui ont réalisé une percée dimanche lors du renouvellement par moitié du Sénat, qui a rebasculé à droite après trois années à gauche.

"Il faut que le Sénat retrouve la confiance de nos concitoyens, (...) soit utile au pays", a-t-il dit en soulignant le "désarroi" des territoires.

Le candidat UMP au "plateau" s'est engagé à représenter "des maires qui se sentent méprisés, des territoires ruraux qui se sentent abandonnés".

Les sénateurs se réuniront mercredi pour élire le successeur du socialiste Jean-Pierre Bel, qui se retire de la vie politique.

Outre Gérard Larcher, quatre candidats briguent la présidence du Sénat : le socialiste Didier Guillaume, proche de François Hollande, l'écologiste Jean-Vincent Placé, le centriste François Zocchetto, président du groupe UDI-UC, et Eliane Assassi, candidate du groupe communiste républicain et citoyen.

Le président du Sénat est protocolairement le deuxième personnage de l'Etat après le président de la République, qu'il remplace en cas de vacance du pouvoir.

(Sophie Louet, avec Emmanuel Jarry)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant