Gérard Chaliand : "L'impact du terrorisme est surévalué"

le
0
Les risques de mort par attentat terroriste sont inférieurs à un sur un million, estime Gérard Chaliand.
Les risques de mort par attentat terroriste sont inférieurs à un sur un million, estime Gérard Chaliand.

Gérard Chaliand analyse et décortique les guerres et les conflits armés internationaux depuis plus d'un demi-siècle. Les conflagrations des deux dernières décennies et leurs sinistres enchaînements sont l'objet de son dernier livre : Pourquoi perd-on la guerre ? Un nouvel art occidental*. Interview.

Le Point.fr : Vous évoquez dans votre livre un « phénomène terroriste surévalué ». Pourquoi « surévalué » ?

Gérard Chaliand : Si on se reporte en 2001, Oussama Ben Laden avait promis l'apocalypse pour l'Occident. Nous avons connu des attaques en Espagne en 2004, Londres en 2005. En France, il ne s'est rien passé entre 1996 et 2011. Et depuis, nous déplorons deux tragédies à Paris en 2015, Charlie Hebdo et le 13 novembre. Puis Bruxelles, le 22 mars dernier. Statistiquement, depuis 2001, l'Occident au sens large a subi 2 % des attentats mondiaux. C'est la raison pour laquelle je parle de surévaluation. Le terrorisme a beaucoup tué en Asie et en Afrique. Mais beaucoup moins que la drogue. C'est pourquoi, notamment, je pense qu'il s'agit d'un phénomène mineur. Largement amplifié par les réseaux sociaux, mais aussi par la propagande des groupes djihadistes, ces enfants d'Hollywood qui nous connaissent parfaitement. Nos médias relaient leur propagande à gogo, en relayant l'angoisse et en participant allègrement à la psychose.

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant