Géolocalisation : la Cnil rend une sanction exemplaire

le
0
Les 36 véhicules de luxe de l'entreprise LOC CAR DREAM sont équipés d'un système de géolocalisation qui fonctionne en continu.
Les 36 véhicules de luxe de l'entreprise LOC CAR DREAM sont équipés d'un système de géolocalisation qui fonctionne en continu.

Non à la géolocalisation excessive. C'est ce qu'a décidé la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil), réunie en formation restreinte, le 22 juillet dernier sous la présidence de Jean-François Carrez, président de la chambre honoraire à la Cour des comptes. Comprendre : la géolocalisation n'est en rien interdite, mais la collecte de données doit impérativement respecter un principe de proportionnalité dicté par la loi Informatique et libertés. Saisie d'une plainte d'un client de la société LOC CAR DREAM, la Cnil s'est penchée de plus près sur la mise en oeuvre du dispositif de géolocalisation par cette petite entreprise de location de voitures de luxe. Et le résultat n'a pas plu à la Commission. Déjà, la géolocalisation embarquée dans tous les véhicules loués ne dispose d'aucun système de désactivation, et sa plage d'utilisation est paramétrée pour un usage permanent, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Ensuite, les données de lieu et de temps sont intégralement enregistrées dans la base pendant plusieurs semaines. Autre problème : seule une information orale sur l'existence du dispositif de géolocalisation est délivrée au client. Enfin, la délégation a relevé que "pour accéder au logiciel de géolocalisation de la société, la combinaison d'un identifiant et d'un mot de passe est nécessaire, mais le mot de passe est resté inchangé depuis plus de deux ans". Caractère excessif des données Pourtant,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant