Gay ou ambassadeur : au Vatican, il faut choisir

le
1
Le pape François va peut-être devoir trancher cette embarrassante situation.
Le pape François va peut-être devoir trancher cette embarrassante situation.

Pourquoi Laurent Stefanini, nommé le 5 janvier dernier ambassadeur de France près le Saint-Siège, n'a-t-il pas encore reçu sa lettre de créance du Vatican ? Trois mois d'attente, ponctués jeudi dernier d'un sec "no comment" de la salle de presse du Vatican, sont le signe du bras de fer qui oppose Rome à Paris sur cette nomination. En effet, ancien chef du protocole de la République, 54 ans, catholique pratiquant, numéro deux de l'ambassade de France près le Saint-Siège de 2001 à 2005 et très apprécié dans ce poste par la hiérarchie de la curie romaine, Laurent Stefanini serait sur le papier un candidat idéal... Si ce n'est qu'il assume, sans l'exhiber, son homosexualité.

La presse transalpine accuse la Manif pour tous d'avoir fait pression sur Rome pour empêcher sa nomination. "Faux, répond au Point Ludovine de La Rochère, la présidente du mouvement. Je n'ai jamais contacté - ou tenté de prendre contact avec - la nonciature pour intervenir sur la nomination d'un monsieur que je ne connais pas. La nomination d'un ambassadeur de France au Saint-Siège ne concerne la Manif pour tous à aucun égard." Idem pour l'épiscopat français, qui n'a pas soutenu ni ne s'est opposé à la candidature : "La nomination d'un ambassadeur de France près le Saint-Siège est une affaire qui regarde deux États et dont la conférence épiscopale n'a pas à se mêler." C'est donc bien entre l'Élysée et la secrétairerie d'État - le Matignon du Vatican - que se...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le samedi 11 avr 2015 à 18:53

    Il faudrait savoir si le gouvernement fait de la diplomatie ou du laïque intégriste.