Gare à "l'hystérie collective", dit une instance musulmane

le
5

PARIS (Reuters) - La lutte contre la radicalisation islamiste ne doit pas conduire à "une hystérie collective", a déclaré jeudi l'Observatoire national contre l'islamophobie, au lendemain de la convocation d'un écolier de huit ans dans un commissariat de police de Nice.

L'enfant avait notamment déclaré en classe, à la suite de l'attentat meurtrier contre Charlie Hebdo : "Il faut tuer les Français, je suis dans le camp des terroristes, les musulmans ont bien fait", selon Fabienne Lewandowski, directrice départementale adjointe de la sécurité publique des Alpes-Maritimes.

Il avait également refusé d'observer une minute de silence en mémoire des 12 victimes, le 8 janvier.

L'enfant avait fait l'objet d'un signalement à la Protection de l'enfance et une plainte avait été déposée contre son père pour "intrusions et attitudes menaçantes au sein de l'école".

Tous deux ont été convoqués mercredi au commissariat.

"L'enfant ne comprend pas la portée de ses déclarations, il ne sait pas ce que veut dire 'terrorisme'", a rapporté Fabienne Lewandowski sur des médias.

Pour l'avocat de la famille, Me Sefen Guez Guez, cette convocation est "ubuesque".

Le père de l'enfant a témoigné jeudi sur BFM TV des "excuses" répétées de son fils.

"J'ai dit à mon fils, 'Ces gens-là, ce qu'ils ont fait, c'est un acte de barbares, ce n'est pas un acte d'islam'", a-t-il dit, regrettant que la situation ait "dégénéré".

L'Observatoire national contre l'islamophobie demande dans un communiqué à la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, de veiller "à ce que de tels dérapages ne se reproduisent plus et de faire primer le dialogue dans des cas similaires".

"La lutte contre la radicalisation ne doit pas donner lieu à une hystérie collective mais doit s'inscrire dans le cadre légal républicain", souligne-t-il.

(Sophie Louet, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le jeudi 29 jan 2015 à 15:31

    Avec ce qui se passe avec EI et Boko Haram, l'hystérie est où ?

  • M7360510 le jeudi 29 jan 2015 à 15:02

    si l'enfant a dit cela, c'est très probablement qu'il l'a entendu dire dans son entourage par des adultes, assez d'hypocrisie, il faut des sanctions exemplaires et dissuasives

  • M9080875 le jeudi 29 jan 2015 à 14:57

    Les parents doivent être sanctionné de leur nationalité

  • M9080875 le jeudi 29 jan 2015 à 14:56

    Cet enfant ne fait que répéter ce que ses parents lui "éduque" en commentant l'actualité ! C'est bien de l'éducation parentale dot il s'agit ! Et pourtant ce n'est pas un cas isolé. Ce qui montre bien que cette génération de parents (celle des années 90/2000) refuse notre république au profit de leur religion ! Et que dire du racisme anti-blanc ? Ce professeur a bien fait de dénnoncer les faits à la police, les responsables de ces pensées nauséabondes contre le pays d'accueil sont les parents !

  • raich2 le jeudi 29 jan 2015 à 14:54

    Si ce gamin de 8 ans a dit ce que la presse rapporte, c'est qu'il a du entendre ces phrases et les a répétées.Si a 8 ans on constate un manque évident d'éducation et de l'abandon des parents, qu'en serait à 15 ans ou peut-être à 18 ans quand il sera majeur. On aperçoit déjà la case prison si les parents ne prennent pas conscience de ce problème qui est le leur.