Gabon : le spectre de l'embrasement (partie 1)

le
0

Les tensions restent vives à Libreville au Gabon. Un millier de personnes ont été interpellées depuis mercredi. La ville est quadrillée par les forces de l'ordre après 24 heures de pillages et d'émeutes meurtrières déclenchées par l'annonce de la réélection à la tête du pays d'Ali Bongo. Il se défend de toute manipulation.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant