G7 : un carton jaune pour Poutine

le
0
Malgré les sanctions qui frappent la Russie, Vladimir Poutine n'a pas reculé d'un millimètre sur l'épineux dossier ukrainien.
Malgré les sanctions qui frappent la Russie, Vladimir Poutine n'a pas reculé d'un millimètre sur l'épineux dossier ukrainien.

L?Exposition universelle de Milan va donner à Vladimir Poutine le prétexte, ce mercredi, de se rendre en Italie et surtout de rencontrer son Premier ministre Matteo Renzi, ce qui n?est évidemment pas innocent. Ce rendez-vous survient, en effet, après un sommet du G7 dans les Alpes bavaroises au cours duquel l?attitude agressive de la Russie en Ukraine a été condamnée avec peut-être plus de véhémence et de mise en garde qu?elle ne l?avait été depuis longtemps.

Barack Obama plus pugnace

Barack Obama, notamment, s?est montré beaucoup plus pugnace pour fustiger l?aventurisme russe dans les pays de l?Est qu?il ne l?est avec les bombardements sauvages de Bachar el-Assad ou les roueries de l?Iran pour cacher ses ambitions nucléaires. "Il va falloir que Poutine décide, a notamment déclaré le président américain lors de sa conférence de presse, s?il continue à mettre en péril l?économie de son pays et à l?isoler encore plus sur la scène internationale au nom d?un désir pervers de faire renaître la gloire de l?empire soviétique." Dans un sommet du G7 où, à part le problème de la dette grecque, comme souvent les crises politiques ont pris le pas sur les sujets purement économiques, Obama a voulu resserrer les rangs des Occidentaux qui doivent en principe décider d?ici un mois la poursuite des sanctions contre la Russie.

Sur ce plan, il a pu être rassuré par la déclaration finale du...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant