Fusion à 160 milliards de dollars entre Pfizer et Allergan

le , mis à jour à 14:11
0
FUSION DES GROUPES PHARMACEUTIQUES PFIZER ET ALLERGAN
FUSION DES GROUPES PHARMACEUTIQUES PFIZER ET ALLERGAN

(Reuters) - Les groupes pharmaceutiques américains Pfizer et Allergan ont annoncé lundi un accord de fusion d'un montant global de 160 milliards de dollars (150,5 milliards d'euros) pour créer le nouveau numéro un mondial du secteur et permettre à Pfizer d'installer son siège en Irlande afin de réduire ses impôts.

Pfizer, dont le siège social est à New York, et Allergan, déjà basé en Irlande, précisent dans un communiqué commun que Pfizer offrira 11,3 de ses actions pour chaque titre Allergan.

L'opération, la plus importante jamais lancée dans le secteur pharmaceutique, valorise Allergan à 363,63 dollars par action, contre 312,46 dollars en clôture vendredi à Wall Street.

De leur côté, les actionnaires de Pfizer auront le choix entre un paiement en cash et un échange de leurs titres contre des actions du nouveau groupe, à condition que le montant global versé soit situé entre six et 12 milliards de dollars.

Les activités des deux laboratoires seront regroupées au sein d'Allergan Plc, société de droit irlandais qui sera ensuite renommée Pfizer. Le nouveau groupe aura son siège opérationnel à New York mais son siège administratif en Irlande, ce qui lui permettra de bénéficier d'un régime fiscal plus avantageux que celui en vigueur aux Etats-Unis.

MOTIVATION FISCALE

Au-delà de l'intérêt industriel de rapprocher Pfizer, dont le portefeuille inclut entre autres le Viagra et le Lipitor, et Allergan, dont le médicament le plus connu est l'anti-rides Botox, la fiscalité est l'une des motivations premières du projet : alors que les bénéfices réalisés aux Etats-Unis sont taxés à 35%, l'un des taux les plus élevés au monde, l'impôt sur les sociétés n'est que de 12,5% en Irlande.

Préoccupé par les pertes de recettes fiscales que génère ce type d'opérations dit d'"inversion fiscale", le Trésor américain a adopté ces derniers mois des mesures censées les freiner mais les spécialistes estiment que cet arsenal ne suffira pas à empêcher Pfizer de transférer son domicile fiscal de l'autre côté de l'Atlantique.

Les premières informations sur un possible rapprochement Pfizer-Allergan circulent depuis un mois et les spéculations ont été nombreuses depuis sur les modalités d'une fusion, la domiciliation fiscale du nouveau groupe et la répartition des rôles au sein de l'équipe dirigeante.

Le directeur général de Pfizer, Ian Read, connu pour son intérêt pour les activités de recherche et développement, conservera le même titre à la tête du nouvel ensemble. Son homologue chez Allergan, Brent Saunders, artisan de multiples fusions-acquisitions, sera directeur général adjoint.

Dans les transactions en avant-Bourse, l'action Allergan cédait 1,7% à 307,46 dollars après cette annonce tandis que Pfizer reculait de 2,4% à 31,40 dollars.

En clôture vendredi, Allergan affichait une hausse de 8,8% depuis le 28 octobre, date de la publication des premières informations de presse sur le projet de rapprochement,tandis que Pfizer accusait un recul de 9,2%.

(Ankur Banerjee à Bangalore, Marc Angrand pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant