Fusillade en Côte d'Ivoire : 16 morts, dont au moins un ressortissant français

le , mis à jour le
0
Un soldat de l'armée ivoirienne prenant en charge un enfant après les fusillades meurtrières de Grand-Bassam, une ville proche d'Abidjan le 13 mars 2016.   
Un soldat de l'armée ivoirienne prenant en charge un enfant après les fusillades meurtrières de Grand-Bassam, une ville proche d'Abidjan le 13 mars 2016.   

Une fusillade a éclaté en début d'après-midi dans un hôtel de Grand-Bassam, une station balnéaire située à quelques kilomètres d'Abidjan, la capitale de la Côte d'Ivoire. La station est très prisée par les Occidentaux et les Ivoiriens qui se rendent à la plage le week-end. Selon un communiqué officiel du président ivoirien Alassane Ouattara, l'attaque a fait 16 morts, dont deux militaires. Un bilan encore provisoire. L'Élysée a annoncé qu'« au moins un ressortissant français » faisait partie des personnes décédées. Le ministre de l'Intérieur ivoirien a confirmé cette information, ajoutant qu'une autre victime était de nationalité allemande.

Les six assaillants ont été neutralisés en début de soirée. L'attaque a été revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Le parquet de Paris a annoncé l'ouverture d'une enquête pour assassinat terroriste. Par ailleurs, l'État français a ouvert des cellules de crise à Paris et à Abidjan et diffusé des consignes de sécurité à la communauté française, très nombreuse dans ce pays. « Tout est mis en oeuvre pour identifier les victimes et leur nationalité », a indiqué le chef de la diplomatie Jean-Marc Ayrault dans un communiqué, en annonçant la mise en place de deux numéros d'urgence.

« Des tirs fournis ont été entendus dans la localité touristique », rapporte RFI qui relaie également le témoignage d'une personne sur place. « Un témoin...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant