Fusillade dans un Thalys : la version d'Anglade mise à mal

le
0
Le train Thalys, immobilisé en gare d'Arras le 21 août 2015.
Le train Thalys, immobilisé en gare d'Arras le 21 août 2015.

Michel Bruet, 54 ans, travaille sur les Thalys depuis 1998. C'est lui qui a tiré le signal d'alarme et demandé le renfort de secours. Interviewé sur France Info, il donne sa version du déroulement des événements. Parmi les voyageurs à bord du train se trouvait l'acteur Jean-Hugues Anglade qui expliquait dans Paris Match, samedi, avoir été abandonné par le personnel du train, enfermé à clef et en sécurité dans la cabine de la motrice. « Nous avons été surpris par une fuite très soudaine du personnel de bord », a-t-il ainsi déclaré. « J'ai été surpris de voir deux hôtesses courir tête baissée se réfugier dans la cabine du conducteur de la motrice sans nous avertir des événements qui étaient en cours et sans nous demander de nous protéger en nous mettant à plat ventre sous les fauteuils. Ils nous ont totalement ignorés », déplore l'acteur.

« J'ai proposé de l'aide à Jean-Hugues Anglade »

Une version que dément fermement l'agent SNCF : « J'ai proposé de l'aide à Jean-Hugues Anglade, je lui ai proposé ma trousse de secours. Il était en voiture 11, l'incident était dans la 12 » après avoir « dit aux voyageurs ne vous inquiétez pas », explique-t-il. Il reconnaît ne pas avoir « dit ce qui se passait, pour éviter la panique », raconte le contrôleur face à l'angoisse qui se répandait parmi les voyageurs. Il admet que certaines personnes se sont cachées, mais précise : « Le mouvement de panique...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant