Frédéric Saint Clair - Les "non-dits" de François Fillon

le
2
François Fillon, le 20 novembre 2016.
François Fillon, le 20 novembre 2016.

Deux scores relativement remarquables, 44 % au premier tour, 66 % au second, combinés à une large participation populaire, ont clos une séquence politique qui a vu l'envolée d'un candidat que personne n'avait vu venir. Depuis dimanche soir, François Fillon représente officiellement l'homme à abattre, principalement parce qu'il est celui qui dispose des meilleures chances d'accéder au fauteuil de chef de l'État. L'homme résistera-t-il aux coups de boutoir du reste de la classe politique, y compris des dissidents de son propre camp  ? Pour le savoir, il nous faudra opérer une petite radioscopie politique des impensés et des non-dits de François Fillon.

Les attaques fusent contre certaines de ses propositions phares ( réduction du nombre de fonctionnaires, allongement de la durée du travail, réécriture de la loi Taubira, etc. ), mais ce qui est visé ne tient pas tant aux mesures techniques qu'à leur signification politique. Deux éléments principaux, deux piliers, grâce auxquels François Fillon a été élu, constituent les vraies cibles des critiques  : le libéralisme et le conservatisme. Deux notions fondatrices de la droite et qui entrent dans la catégorie des « non-dits » de François Fillon, des mots qu'il n'ose prononcer librement, auxquels il n'ose se frotter publiquement, tant ils sont connotés négativement. Notons que le fait de les avoir évoqués à différents moments de sa campagne devant des publics choisis et...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 6 mois

    A chaque élection le démagogue prie le ciel que ça dure encore 5 ans, mais vu que la plaisanterie dure depuis 1981, il va y avoir un réveil aussi dur que lors de l'effondrement de l'ex URSS.

  • frk987 il y a 6 mois

    Ce que veulent les électeurs ce sont des discours démagogues comme celui du Bourget, promettre demain un monde meilleur est plus porteur qu'un discours rationnel mettant en exergue la faillite du pays et la prévision de larmes et de souffrances. Mais hélas la réalité se rappellera inexorablement aux chants des sirènes.