Fraude fiscale: un milliard d'euros en tableaux caché aux Bahamas

le
0

La saga du redressement fiscal du siècle continue. Le fisc a découvert des tableaux d'une valeur d'un milliard d'euros cachés dans des paradis fiscaux par la famille Wildenstein.

La fortune cachée de la famille Wildenstein ne cesse de se révéler, quitte à donner le tournis aux services fiscaux. Alors que les héritiers du marchand d'art français Daniel Wildenstein sont depuis plusieurs années, sous le coup de poursuites judiciaires pour fraude fiscale, le juge financier Guillaume Daïeff vient de faire une découverte qui devrait sans nul doute faire grimper le montant du redressement, qui pour l'instant atteint 550 millions d'euros.

Des tableaux de maîtres d'une valeur de 1 milliard, derniere découverte du fisc sur la famille

Selon des informations publiées par le mensuel Challenges ,des tableaux d'une valeur globale estimée à 1 milliard d'euros ont été découverts, dissimulés aux Bahamas. Une nouvelle trouvaille qui vient s'ajouter à une longue liste de biens dissimulés par les Wildenstein dans des paradis fiscaux.

Depuis le début de l'enquête initiée en janvier 2013, les services fiscaux avaient déjà découvert des biens dissimulés dans divers trusts aux Bahamas et sur l'île de Guernesey. Parmi ceux-ci des chevaux de course, 19 tableaux de Bonnard, des œuvres de Fragonard, Courbet et Picasso, un ilot aux îles Vierges ou encore une propriété de 30.000 hectares au Kenya où a notamment été tourné le film oscarisé Out of Africa. Le tout avait été estimé à une valeur de 472 millions d'euros.

Une famille dont la fraude fiscale est devenue une spécialité

La famille Wildenstein a bâti sa fortune dans le commerce des œuvres d'art depuis le début du XXe siècle. Après avoir collectionné les tableaux, les Wildenstein sont passés maître dans l'art d'effectuer de complexes montages financiers ainsi que dans l'évasion fiscale. Des procédés qui n'ont été révélés qu'à partir de 2001, à la mort du patriarche Daniel.

Depuis le décès de leur père, ses fils Guy et Alec (décédé en 2008) sont notamment soupçonnés d'avoir effectué des opérations fiscales frauduleuses dans le but de diminuer le coût de la succession de leur père. A la mort de ce dernier, ses héritiers avaient ainsi déclaré un patrimoine de 44 millions d'euros, ayant engendré 17 millions d'euros de droits de succession à payer pour la famille. Un montant largement inférieur à la réalité puisque suite à ses récentes découvertes, le fisc estime que la famille Wildenstein aurait en réalité dû déclarer un patrimoine de 616 millions d'euros!

En conséquence, le fisc a imposé aux héritiers Wildenstein un redressement fiscal dont le montant s'élève à 550 millions d'euros, un record. Guy Wildenstein, fils aîné et successeur désigné de l'empire familial devrait s'acquitter à lui seul de 250 millions d'euros et est par ailleurs poursuivi pour complicité et blanchiment aggravé.

Le procès des Wildenstein pour fraude fiscale doit se tenir en 2016. Le temps pour le fisc de faire de nouvelles découvertes d'ici là.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant