"Francois se dresse contre la politique de retour décidée par le traité entre l'UE et la Turquie"

le
2
Le pape François avec les migrants, sur l'île grecque de Lesbos. 
Le pape François avec les migrants, sur l'île grecque de Lesbos. 

Directeur du Jesuit refugees service (JRS) en Grèce, le père Maurice Joyeux connaît bien la situation des migrants. Depuis sept ans, il fait partie des responsables humanitaires qui, au jour le jour, travaillent à les accueillir. Ce missionnaire aguerri ne cesse d'alerter sur cette catastrophe humanitaire. Il a répondu à nos questions en direct de l'île de Lesbos, en attendant son « frère » jésuite, Jorge Bergoglio.

Le Point : Que signifie cette visite du pape François sur l'île de Lesbos ?

Maurice Joyeux : Il est important de souligner dès le départ qu'il ne s'agit pas uniquement d'une affaire de catholiques. Le pape François vient en compagnie de deux grands dignitaires orthodoxes, le patriarche de Constantinople Bartolomée et l'archevêque d'Athènes et de la Grèce, Leronymos. C'est un message commun qui est envoyé aux réfugiés. Ceux-ci sont en majorité d'origine ou de confession musulmane. Ils découvrent une terre aux racines chrétiennes. Il est donc important qu'ils voient l'unité des leaders chrétiens et la proximité que ceux-ci souhaitent leur témoigner.

Sur le plan humanitaire et politique, que veut dire le pape François ?

Il vient pour rencontrer et défendre les réfugiés. Il s'agit donc d'abord d'une visite pastorale. Mais elle se déroule...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mucius le samedi 16 avr 2016 à 16:17

    On pourrait d'abord appliquer la politique du retour à lui-même : retour en Argentine, fissa, pour cet inutile.

  • cavalair le samedi 16 avr 2016 à 14:43

    on s'en fiche