François Hollande veut "rendre au Sud" ce qu'il a "donné en 1944"

le
5
FRANÇOIS HOLLANDE CÉLÈBRE LE 70E ANNIVERSAIRE DU DÉBARQUEMENT DE PROVENCE
FRANÇOIS HOLLANDE CÉLÈBRE LE 70E ANNIVERSAIRE DU DÉBARQUEMENT DE PROVENCE

TOULON (Reuters) - François Hollande a dressé vendredi un pont entre la libération de la France il y a 70 ans et les efforts déployés aujourd'hui par Paris pour faire preuve de solidarité avec le Sud, l'Afrique et le Moyen-Orient en particulier.

Dix semaines après celles de Normandie, le chef de l'Etat présidait les cérémonies marquant le 70e anniversaire du Débarquement et de la campagne de Provence, auxquels participèrent 450.000 soldats.

Au risque d'un grand écart historique et factuel, le président a rapproché l'aide apportée à l'époque par les anciennes colonies et la nécessaire solidarité avec les pays déchirés par les conflits comme la Syrie, l'Irak, la Lybie, Israël et les territoires palestiniens ou encore le Nigeria.

"Les commémorations, ce n'est pas seulement les souvenirs, le passé, c'est tirer les conclusions pour les responsabilités de la France aujourd'hui", a-t-il dit à la presse après un discours sur le porte-avions Charles-de-Gaulle au large de Toulon.

"L'Afrique est venue à notre soutien lorsqu'il y a eu l'épreuve de la guerre", a-t-il ajouté. "Nous, à notre tour, nous devons montrer de la solidarité à l'égard d'autres peuples qui souffrent en Afrique mais aussi au Proche et au Moyen-Orient".

Les représentants de 28 pays, dont 13 chefs d'Etat et de gouvernement africains, étaient présents sur le bâtiment, ainsi qu'environ 150 anciens combattants.

"Nous devons maintenant à notre tour, la France, l'Europe, rendre au Sud ce qu'il a été capable de donner en 1944", a dit François Hollande. "A nous de nous mettre à la hauteur des héros de Provence, ceux qui ont uni à tout jamais l'Europe et l'Afrique".

S'ils prennent d'"autres formes", ce sont "toujours les mêmes ennemis que nous devons terrasser : le fanatisme, l'intolérance, le racisme, la barbarie".

Le président français est notamment revenu sur l'avancée de l'Etat islamique, "groupe sanguinaire qui se réclame faussement de l'islam", dont la dangerosité justifie selon lui la décision de la France de livrer des armes aux pershmergas du Kurdistan.

Il s'en était entretenu plus tôt dans la journée avec le nouveau Premier ministre irakien, Haïdar al Abadi.

"La France a décidé de se tenir à leurs côtés en leur fournissant une aide humaine et également militaire. Aujourd'hui l'Europe a enfin décidé d'en faire autant", a dit François Hollande, en référence à la réunion des ministres des Affaires étrangères de l'Union à Bruxelles.

"Ce n'est pas seulement notre devoir, c'est là que se joue la sécurité de notre continent".

Evoquant la fragile trêve entre Israël et les territoires palestiniens, le président a estimé qu'"il ne suffit pas que les armes se taisent, il faut aussi que chaque peuple puisse vivre dans la sécurité et la dignité, dans un Etat qui est le sien".

(Elizabeth Pineau, édité par Gérard Bon)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fgino le samedi 16 aout 2014 à 11:16

    hollande c'est le reniement et l'excuse permanente ....il ferait mieux de dégager !! un chef pareil on n'en pas besoin !!

  • M1903733 le samedi 16 aout 2014 à 10:05

    Il connait bien la chanson de Dalida, paroles, paroles.

  • papy988 le samedi 16 aout 2014 à 08:19

    Il aurait un peu d'honneur cet homme qui n'est pas mon président devrait démissionné.Je lui souhaite a lui et les têtes du ps un cancer long et douloureux.

  • jyth01 le vendredi 15 aout 2014 à 23:12

    On ne l'autorise plus à dilapider notre argent: DEHORS!!!

  • nayara10 le vendredi 15 aout 2014 à 22:13

    Le Sud n'est plus la FRANCE .Et Marseille le premier port d'AFRIQUE..