"François Hollande, version Charlie Ier", vu par Anna Cabana

le
0
Près d'un mois après les attentats à Charlie Hebdo, François Hollande a donné une conférence de presse empreinte d'une sérénité nouvelle.
Près d'un mois après les attentats à Charlie Hebdo, François Hollande a donné une conférence de presse empreinte d'une sérénité nouvelle.

Disons-le tout net : François Hollande n'a pas bredouillé son autorité lors de sa conférence de presse. Pas de bafouillage d'apprenti président, pas même d'anaphores trop pompeuses pour être honnêtes - les deux choisies aujourd'hui?, sur la laïcité et la responsabilité, sonnaient juste. Est-ce en l'honneur de ce qu'il appelle non sans emphase "l'esprit du mois de janvier 2015" ? ?Notre nouvel Hollande - " Charlie Ier ", dixit un éminent dirigeant socialiste - est arrivé à l'heure, chose rare ; et chose encore plus rare, il a fini à l'heure. Pour signifier la gravité des temps, il a renoncé aux habits bleu télé pour foncer la couleur du costume et de la cravate - laquelle n'est plus de travers, et c'est une première. Ne croyez pas que c'est accessoire : Hollande se tient droit, désormais. Il a appris. Élévation. Responsabilité. République. Force. Justice. Tout était plus tenu, du reste : le propos liminaire, ramené à 16 minutes montre en main, contre une grosse quarantaine lors des précédentes conférences de presse. L'Élysée avait décidé de commencer par l'international, pour hisser d'emblée le débat - et le président - au-dessus de la basse politicaillerie - dont pourtant il raffole. Lui qui d'ordinaire ressemble davantage à un professeur d'économie qui se perd, et nous avec, dans l'exposé de mesures technocratiques semble avoir réussi à prendre de la hauteur. Enfin ! "L'esprit de janvier élève nos responsabilités...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant