François Hollande l'équilibriste

le , mis à jour le
0
Le chef de l'État s'est adressé aux Français pour la première fois depuis les attentats, ce jeudi.
Le chef de l'État s'est adressé aux Français pour la première fois depuis les attentats, ce jeudi.

François Hollande a traversé cette demi-heure d'interview en équilibre sur un fil, à l'image de la traversée qui l'attend jusqu'à la prochaine présidentielle. Pour ne pas tomber dans le gouffre, le chef de l'État a tenté de justifier des choix parfois difficilement compréhensibles. Le gouvernement, remanié aujourd'hui, doit « agir, réformer et avancer », a d'abord annoncé François Hollande, alors que la nouvelle équipe donne le sentiment d'avoir été constituée dans la perspective de la campagne présidentielle comme une dernière tentative de rassembler ce qui peut l'être à gauche.

Les entrées au gouvernement de la désormais ex-secrétaire nationale d'Europe Écologie-Les Verts Emmanuelle Cosse, et des électrons libres Barbara Pompili et Jean-Vincent Placé, ont tout du débauchage tactique, mais François Hollande promet : « Je ne troque pas telle ou telle entrée au gouvernement contre tel ou tel renoncement. » Et d'enchaîner : « En revanche, sur ce dossier? » Au vu « des blocages », dit-il, sur la construction de l'aéroport Notre-Dame-des-Landes, auquel était opposée Emmanuelle Cosse, le chef de l'État annonce un référendum local pour laisser aux habitants du coin (du département, de la région ? Il n'a pas précisé) la possibilité de choisir. Une concession à la leader écolo d'autant plus indispensable que Jean-Marc Ayrault, ancien maire de Nantes et surtout nouveau ministre des Affaires étrangères,...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant