François Hollande face aux ennemis de l'intérieur

le
1
François Hollande doit faire face à ses ennemis de l'intérieur.
François Hollande doit faire face à ses ennemis de l'intérieur.

Confidence un peu inquiète d'un ministre : "La nouveauté de la situation, c'est que le débat est à gauche." À gauche, les frondeurs socialistes ; à gauche, Cécile Duflot et ses états d'âme ; à gauche, Martine Aubry et sa rogne... À l'Élysée, François Hollande doit composer, de plus en plus, avec ces adversaires de l'intérieur qui s'ajoutent aux fronts, déjà multiples, de l'extérieur - la crise économique, les conflits du Moyen-Orient, les réformes à mener... Arrivé à mi-mandat, le chef de l'État va devoir batailler ferme sur ces deux fronts ; sa candidature en 2017, à laquelle il se prépare depuis le premier jour de son accession à l'Élysée, en dépend. L'animal politique sait y faire : au PS, le premier secrétaire François Hollande avait étouffé avec le sourire ses rivaux, qu'ils s'appellent Fabius, Aubry ou Montebourg. Voici la liste de ces "emmerdeurs de l'intérieur" qu'il va devoir, de nouveau, neutraliser.

Martine Aubry - Emmerdomètre : 8/10

La meilleure ennemie du chef de l'État grommelait depuis sa mairie de Lille, réservant ses critiques à ses fidèles et au président de la République, à l'occasion de quelques coups de fil. Elle a presque tout déballé publiquement à l'occasion de la réforme territoriale, qui a l'inconvénient de marier sa région, le Nord-Pas-de-Calais, à la Picardie. Une nouvelle super-région qui pourrait tomber dans l'escarcelle du FN, fort sur les terres picardes. Or, Aubry pousse pour que son bras...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jeepinv le jeudi 21 aout 2014 à 17:19

    Rien n'est plus dangereux qu'un ignorant ami, mieux vaudrait un sage ennemi. La Fontaine, L'ours et l'amateur de jardins.