François Fillon recadre ses frondeurs

le
0
François Fillon lors du conseil national d'investiture des Républicains ce samedi.
François Fillon lors du conseil national d'investiture des Républicains ce samedi.

Deux mois après la primaire, François Fillon aurait-il ? comme la majorité socialiste durant le quinquennat ? déjà droit à ses frondeurs ? Ce samedi 14 janvier à la Mutualité à Paris, où se tenait le conseil national des Républicains, les fillonistes ne digéraient toujours pas les sorties des sarkozystes du milieu de semaine. À tel point que la réunion de famille a viré au recadrage des turbulents, le vice-président du parti et fidèle sarkozyste Laurent Wauquiez en tête.

Lire également : Conseil national : François Fillon veut resserrer les rangs

Mercedi dernier fut, à en croire ce filloniste notoire, « une journée noire pour l'unité de la droite et la campagne présidentielle de François Fillon ». C'est Laurent Wauquiez qui a ouvert le bal. « Un projet présidentiel en 2017, ça ne peut pas être que du sang et des larmes », lâchait-il sèchement au micro de RTL. Le soir même, lors d'un meeting à Nice, Christian Estrosi a embrayé : « On ne gagnera pas sans s'adresser aux millions de Français délaissés. [...] Le mot social n'est pas une grossièreté. » À trois jours de la grand-messe d'investiture du Sarthois devant les siens à la Mutualité, l'unité bringuebalait.

« Je ne vois pas de courage dans la dissidence »

Dans le camp Fillon, il a fallu préparer la riposte, sans écorner le rassemblement....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant