François Fillon ne pliera pas devant la "rumeur infamante"

le
0
FRANÇOIS FILLON DÉNONCE UNE "RUMEUR INFAMANTE"
FRANÇOIS FILLON DÉNONCE UNE "RUMEUR INFAMANTE"

MENTON Alpes-Maritimes (Reuters) - François Fillon, accusé d'avoir demandé l'intervention de l'Elysée pour accélérer les procédures judiciaires contre Nicolas Sarkozy, a affirmé vendredi soir qu'il ne plierait pas face à une "rumeur infamante".

Dans le livre "Sarko s'est tuer", les journalistes du Monde Fabrice Lhomme et Gérard Davet affirment que l'ancien Premier ministre, désormais rival de Nicolas Sarkozy pour la présidentielle de 2017, a demandé à Jean-Pierre Jouyet, lors d'un déjeuner le 24 juin, de "taper vite" sur Nicolas Sarkozy pour ne pas "le laisser revenir".

Après un démenti, le secrétaire général de l'Elysée est revenu sur ses dires, affirmant que François Fillon lui avait effectivement parlé du dossier Bygmalion et du paiement des pénalités liées à l'invalidation des comptes de campagne de l'ancien président.

"Depuis quelques jours, je suis obligé de riposter à des mensonges pitoyables", a déclaré le député de Paris en préambule d'un discours sur l'immigration à Menton (Alpes-Maritimes) devant quelque 500 personnes, dont le député UMP Eric Ciotti.

"Ceux qui pensent m'affaiblir ainsi me connaissent mal. Ça fait trente ans que je me bats dans la vie politique pour une certaine idée de la France et pour une conception digne de la politique. Ça n'est pas maintenant que je vais plier" a-t-il lancé.

"Je veux dire que je n'ai peur de rien et que je tordrai le cou à cette rumeur infamante", a souligné François Fillon.

"J'ai saisi la justice et ce soir, je n'en dirai pas plus parce que je pense que cela a déjà suffisamment abaissé le débat public dans notre pays" a-t-il conclu avant de décliner ses propositions sur la maîtrise des flux migratoires.

(Matthias Galante, édité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant