France : les dépenses publiques ont représenté 57,2% du PIB en 2014

le
27

Les dépenses publiques, rapportées à la richesse nationale, ont légèrement diminué en Europe l'an dernier mais restent élevées.
Les dépenses publiques, rapportées à la richesse nationale, ont légèrement diminué en Europe l'an dernier mais restent élevées.

Au sein de l’UE, la France apparaît comme le second pays où les dépenses des administrations publiques, rapportées à la richesse nationale, ont été les plus élevées en 2014. À l’échelle du Vieux continent, ces dépenses régressent tout de même légèrement par rapport à 2013.

En pleine crise grecque due à la soutenabilité de ses finances publiques, les données d'Eurostat publiées mardi 7 juillet ne manqueront pas d’interpeller.

« En 2014, les dépenses totales des administrations publiques se sont élevées à 6.701 milliards d’euros dans l’Union européenne. Cela représente près de la moitié (48,1%) du PIB de l’UE en 2014, contre 48,6% en 2013 », relevait mardi l’organe de statistiques européen.

Les disparités sont fortes entre les Etats européens. En termes de dépenses rapportées à la richesse nationale, la France et les pays nordiques apparaissent en tête du classement. « Parmi les États membres de l’UE, les dépenses des administrations publiques ont varié en 2014 de moins de 35% du PIB en Lituanie et en Roumanie à plus de 57% en Finlande, en France et au Danemark », résume Eurostat.

La protection sociale et la santé représentent plus de la moitié de ces dépenses

Il convient de regarder en détails la répartition de ces dépenses publiques de manière à éviter les idées reçues.

Eurostat résume : « dans l’UE, la fonction "protection sociale" a été de loin la plus importante, comptant pour 40,2% du total des dépenses des administrations publiques. Viennent ensuite les fonctions "santé" (14,8%), "services généraux des administrations publiques" tels que les affaires étrangères et les opérations concernant la dette publique (14,1%), l’"enseignement" (10,3%) puis les "affaires économiques" (8,8%) ».

L’organe de statistique ne manque pas de remarquer que « ces données à l’échelle de l’UE masquent toutefois des différences considérables entre États membres en ce qui concerne tant la part que le classement de chaque fonction de dépenses des administrations publiques ». En France, les statistiques publiées apparaissent dans la moyenne européenne, avec 42,9% des dépenses dues à la "protection sociale" et 14,2% pour la "santé".

La Grèce a fait le plus gros effort de réduction des dépenses publiques en 2014

Au cours de l’année dernière, les Etats européens dans leur ensemble ont fait un petit effort de réduction des dépenses publiques. « Les dépenses totales des administrations publiques en proportion du PIB ont diminué en 2014 de 0,5 point de pourcentage dans l’UE par rapport à leur niveau de 2013 », explique ainsi Eurostat.

Dans le contexte actuel, on peut également s’intéresser aux données concernant les dépenses publiques grecques. Or, le pays ressort comme celui ayant fait le plus d’efforts au cours de l’année dernière en matière de réduction des dépenses publiques. « Des baisses significatives ont été observés en Grèce (-10,7 points de pourcentage) et en Slovénie (-9,9 pp) », poursuit la même source. Le constat est en revanche inversé à Chypre, où les dépenses publiques ont nettement augmenté par rapport à l’an passé (+7,7%).

Dépenses publiques par habitant

Eurostat calcule par ailleurs le niveau de dépenses publiques de chaque Etat de l’UE, rapporté au nombre d’habitants de ces Etats. Ainsi, en France, les dépenses des administrations publiques ont représenté 1226 milliards d’euros, soit 18.530 euros par habitant selon Eurostat.

En comparaison, en Allemagne, les dépenses publiques représentent 15.469 euros par habitant, un chiffre semblable à celui du Royaume-Uni. En Grèce, ce même montant est de 8.039 euros par habitant. Les valeurs extrêmes sont atteintes à la baisse par la Bulgarie (2.279 euros par habitant) et à la hausse par le Danemark (25.987 euros par habitant).

X. Bargue

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le jeudi 9 juil 2015 à 08:11

    Même pas fpelu : on peut dépasser les 100% suffit d'emprunter....pas compliqué !!!!

  • fpelu le jeudi 9 juil 2015 à 07:53

    M9841359 t'as tout compris. Faisons donc 100% du PIB et tout sera OK.

  • mcarre1 le mercredi 8 juil 2015 à 18:57

    M984, alors donnons-leur encore plus d'argent, comme ça ils en dépenseront plus et généreront encore plus de revenus et le pays sera encore plus riche.

  • Garasixt le mercredi 8 juil 2015 à 18:21

    La faute aux prêteurs, la BCE, Le FMI, les banques privées. Il fallait contrôler que cet argent était utilisé à bon escient et non pas donné aux plus riches pour des opérations juteuses plutôt que de réformer le pays. Le résultat est là et le peuple grec n'y est pour rien. Les gouvernement grecs successifs on pris l'argent que l'on leur a donné, ils ne l'ont pas volé, point barre.

  • gl060670 le mercredi 8 juil 2015 à 18:08

    finalement on n est pas si mal que ça

  • M9841359 le mercredi 8 juil 2015 à 17:43

    mcarre1 Pourquoi faut-il qu'ils produisent ? L'argent qu'on leur donne, ils vont le dépenser et donc générer des revenus pour d'autres. Je ne vois pas en termes logiques la nécessité de "produire" dans ce cas de figure particulier. CELA DIT, en pratique, ils produisent s'ils le peuvent, càd si le chômage ne les frappe pas. Ajoutons qu'à l'évidence, il y a plus de chômeurs chez les gens qui bénéficient des aides d'Etat...

  • caogan77 le mercredi 8 juil 2015 à 17:32

    Hum on a un nid d'adorateur de la dépense publique ici ! figurez vous qu'il y a beaucoup de pays dans le monde qui fonctionnent tout à fait correctement qui ont des routes de profs des hopitaux pour beaucoup moins cher et de bien meilleure qualité (par exemple l'éducation en france) donc ne vous étonnez pas du manque d'enthousiasme que nous manifestons à nous faire plumer régulièrement par une armée de fonctionnaires.

  • M999141 le mercredi 8 juil 2015 à 17:29

    Niveau dépense publique, on est au top! et pour ce prix là, une couronne n'est quasiment pas remboursée, sauf si on bénéficie de la CMU , on est rançonnés à chaque fois qu'on prend l'autoroute.Il faut commencer une cure d'amaigrissement d'urgence.

  • mcarre1 le mercredi 8 juil 2015 à 17:19

    M984, oui ça parait bien comme ça ..que de l'argent aille aux plus modeste ...à condition qu'ils produisent quelque chose. Sinon, ils vivent au crochet des autres, et quand tu trimes dur et que tu te rends compte que l'Etat te pique la plus grosse partie de ce que tu gagnes, tu l'as mauvaise.

  • M9841359 le mercredi 8 juil 2015 à 17:08

    Ce qui m’échappe chez ceux qui trouvent que cela fait trop, c'est que la plus grande partie de ces dépenses :- soit génère du CA privé (BTP, matériel de bureau, uniformes, petits fours même !) et fait donc tourner l'économie.- soit va directement dans les poches des citoyens (santé, protection sociale, cf. article) et donc à nouveau dans le cycle de consommation (d'autant que cet argent va aux plus modestes qui le dépensent).