France-Droite et FN au coude-à-coude pour les départementales

le
1

 

(Actualisé avec sondage Ifop pour Europe1-Le Figaro) PARIS, 15 mars (Reuters) - Le Front national et le l'UMP-UDI restent au coude à coude dans les intentions de vote pour les élections départementales qui pourraient tourner à la déroute pour une gauche en ordre dispersé dès le premier tour du 22 mars, selon un sondage Ifop pour Europe 1 et le Figaro publié dimanche. Le parti de Marine Le Pen est crédité de 30% des intentions de vote du premier tour, contre 29% pour l'alliance de l'UMP et des centristes de l'UDI. En ajoutant les divers droite, le score de la droite traditionnelle et du centre serait de 34%. Le Parti socialiste arrive loin derrière avec 19% des intentions de vote, le Front de gauche étant crédité de 6%, les divers gauche de 5% et Europe Ecologie-Les Verts de 3%. Avec de tels scores et en raison de l'abstention qui rend une qualification au second tour plus compliquée, "il est probable qu'une grande partie des candidats de gauche soient éliminés dès le premier tour", souligne l'Ifop. Dans le même temps, "le Front national serait en mesure de maintenir ses candidats au second tour dans la plupart des situations". L'indice de participation aux élections de l'Ifop s'inscrit à 46%, soit trois points de plus que dans une précédente étude de fin février. L'enquête a été menée du 11 au 13 février auprès d'un échantillon représentatif de 1.473 personnes inscrites sur les listes électorales interrogées par questionnaire auto-administré en ligne. Un autre sondage Harris Interactive pour M6 publié dimanche crédite le bloc UMP-UDI-Divers droite de 32% des voix, devant le Front national à 29%. Le Parti socialiste et ses alliés est crédité pour sa part de 26%, le Front de gauche de 7% et Europe Ecologie-Le Verts de 3%. A une semaine du scrutin, 51% des personnes interrogées se disent peu ou pas du tout intéressées par ces élections, soit quatre points de plus que dans une précédente enquête. Le sondage a été réalisé les 10 et 11 mars auprès d'un échantillon de 1.020 personnes représentatif de la population française en âge de voter et selon la méthode des quotas. (Yann Le Guernigou, édité par Pierre Sérisier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2266292 le lundi 16 mar 2015 à 07:13

    Le principal c'est de virer les socialos qui n'aiment pas la France