Financement du FN : le compte n'est (toujours) pas bon pour Marine Le Pen

le
1
Pour Marine Le Pen, le refus des banques de prêter de l'argent au FN est un acte militant.
Pour Marine Le Pen, le refus des banques de prêter de l'argent au FN est un acte militant.

Marine Le Pen s'est lancée dans la campagne présidentielle mais cherche toujours les fonds pour la financer. ?Sur les 12 millions d'euros minimum requis pour la présidentielle, il en manque 8?, précise Jean-Michel Dubois, responsable de son financement. Et les législatives en juin 2017 coûteront au moins 15 millions d'euros. Pour parer aux premières dépenses, le FN dispose d'un matelas de 4 millions d'euros provenant des adhésions et du surplus des dernières campagnes. En outre, il pourra compter sur 3 à 4 millions d'euros apportés par Cotelec, l'association de financement du FN présidée par son père Jean-Marie Le Pen, exclu du parti. "Je jouerai le jeu institutionnel en finançant le candidat du FN, sauf si on me demande le crédit en me crachant à la gueule", précisait Jean-Marie Le Pen au Point.fr il y a quelques jours.

Cette résistance du système bancaire est un acte militant qui tente d?empêcher un parti démocratique d?être présent au second tour

Les banques françaises refusent toujours de prêter le reste. En mai, Europe 1 rapportait que le FN avait sollicité en vain 45 banques du monde entier pour obtenir des prêts. Pourtant, le FN devrait pulvériser le seuil de 5 % des voix, soit le minimum requis pour être remboursé par l'État. Frédéric Oudéa, président de la Fédération des banques,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mucius il y a 2 mois

    Quelques déclarations supplémentaires pro-Poutine et quelques millions supplémentaires tomberont dans l'escarcelle du FN.