Financement du culte musulman : la valse du couple exécutif

le
0
Le président de la République et le Premier ministre sont en désaccord sur de nombreux sujets.
Le président de la République et le Premier ministre sont en désaccord sur de nombreux sujets.

Les derniers attentats revendiqués par Daech ont de nouveau mis en lumière l'incohérence motrice du couple exécutif. Dans Le Journal du dimanche, Libération et Le Monde, Manuel Valls a ouvert la porte à « une forme de financement public » des lieux de culte musulmans. Face aux journalistes de la presse présidentielle, le chef de l'État a contredit son Premier ministre : lui président, il n'y aura pas de financement public.

« On ne va pas ouvrir un brûlot à l'automne prochain »

Chez les hollandais, on tente de minimiser ce désaccord. « Je ne sais pas s'il y a vraiment une opposition entre les deux. De toute façon, on ne peut pas faire de financement public avec la loi de 1905. Et je ne crois pas une seconde qu'elle soit modifiée par une nouvelle loi. On ne va pas ouvrir un brûlot à l'automne prochain », désamorce Bernard Poignant, ancien maire de Quimper et conseiller du président.

Pourtant, chez les vallsistes, on a du mal à digérer le camouflet public. « Je n'ai pas compris la sortie du président. Il a été maire de Tulle. Il a été confronté à des demandes de construction de lieux de culte. À chaque fois les maires font des contorsions avec la loi de 1905 pour que le contrôle de légalité se passe bien », s'indigne Luc Carvounas, véritable lieutenant du Premier ministre.

Ce n'est pas la première fois que les deux...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant